Kyle Sutton sera l’un des conférenciers.
Kyle Sutton sera l’un des conférenciers.

Sommet science hockey de l’UQTR : à la portée de tous

Trois-Rivières — Pour sa deuxième édition, le Sommet science hockey de l’UQTR est forcé de changer sa formule en raison de la COVID-19. Après avoir réuni plus d’une centaine de personnes l’an dernier, c’est par la technologie qu’on présentera le fruit des recherches des conférenciers invités.

À partir de mercredi, différents thèmes seront abordés au moyen de visioconférence variant de 10 à 40 minutes. Et, bonne nouvelle, le tout est gratuit! «Il y avait un coût d’entrée l’an passé. Cette année, avec tout ce qui se passe, et de la manière dont nous allons présenter nos thèmes, on croit que la gratuité est de mise. On espère évidemment pouvoir attirer le plus de gens possible», souligne Lemoyne, dont le Laboratoire de recherche est de plus en plus reconnu. «Ce n’est pas évident de percer les milieux du hockey. On a fait du progrès en un an, avec la LHJMQ et Hockey Canada notamment. Plus notre réseau sera large, plus on sera en mesure de faire des choses intéressantes.»

Jean Lemoyne

Des étudiants à la maîtrise et au doctorat vont en profiter pour dévoiler leurs recherches. Parmi les autres invités, on note la présence du thérapeuthe des Cataractes Kyle Sutton et du préparateur physique des Tigres de Victoriaville Raphaël Boudreau, qui ont fait des tests sur la mobilité des joueurs en lien avec la prévention des blessures. L’auteur Yves Archambault discutera du système de développement finlandais, lui qui l’a visité en 2010. L’entraîneur Alexandre Dandenault, du cégep André-Laurendeau, animera pour sa part une capsule sur l’analyse avancée, et sur la pertinence pour les entraîneurs de l’apprivoiser. Finalement, Pierre Allard, du Canadien de Montréal, tirera des conclusions sur la charge de travail des hockeyeurs, après avoir suivi à la trace les porte-couleurs du Rocket de Laval dans la Ligue américaine. «Toutes ces conférences ont été filmées avant la diffusion. Il y a des avantages à faire du direct, mais il y a aussi des désavantages comme de potentiels pépins techniques. On voulait éviter ça», explique Lemoyne.

Les capsules seront disponibles sur l’application Play360, ainsi que sur la page Facebook du Laboratoire.

Lemoyne rêve du Colisée

Par ailleurs, Lemoyne confirme qu’il souhaite installer son Laboratoire au nouveau Colisée au cours des prochains mois. «On pourrait faire quelque chose de très bien avec un espace à nous. Bien sûr, il y aurait un défi en ce qui concerne le financement mais avec une Chaire privée, on pourrait amener nos travaux à un autre niveau! Présentement, il y a quatre professeurs et une dizaine d’étudiants impliqués. Ce ne sont pas les idées qui manquent pour prendre de l’expansion», sourit Lemoyne, qui espère à son tour visiter la Finlande à l’automne. «Il y a un centre de développement sportif où le hockey prend beaucoup de place. L’idée, c’est d’aller là-bas pour faire du développement et établir des partenariats», conclut-il.