La quatrième édition du Snocross de Louiseville a encore attiré son lot d'amateurs malgré le froid.

Snocross: une 4e édition couronnée de succès

La municipalité de Louiseville a été prise d'assaut par les motoneigistes cette fin de semaine pour la 4e édition de l'International Snocross, une course de motoneiges en circuit fermé. Les amateurs, qui avaient sorti tuques, foulards et mitaines, étaient nombreux au rendez-vous.
<p>Jean-Paul De Gaspari et Grégoire Dorsaz, deux bénévoles de la Suisse.</p>
Les courses en soirée ont particulièrement attiré l'attention des spectateurs cette année. Il faut dire qu'il s'agissait d'une nouveauté. «Vendredi soir, le public a répondu en très grand nombre, c'était une première avec les lumières. C'était vraiment incroyable. La course éclairée de soir était une première au Québec», a fait savoir l'organisateur, Jérôme Gerber.
Les courses, les accélérations, les départs, les virages ou simplement pour prendre l'air en famille, toutes les raisons étaient bonnes pour aller faire son tour à Louiseville, hier. «On est habillé chaudement, il y a le soleil, et c'est spectaculaire, c'est pour ça qu'on est ici», mentionnait au passage un spectateur de Trois-Rivières.
Le feu d'artifice a également été très populaire, samedi soir. Malgré le froid et les vents, quelque 5000 personnes se sont présentées pendant l'événement, un chiffre qui satisfait l'organisateur. «C'est très bien et c'est ce à quoi on s'attendait. C'est certain que la température n'était pas facile, mais on vit au Québec, on fait avec», souligne-t-il.
Quant aux coureurs, ils étaient eux aussi au rendez-vous. «Nous avons eu environ 300 inscriptions, nous sommes dans les objectifs que l'on avait fixés», soutient Gerber.
Des participants de divers pays ont pris part aux compétitions. Près de 40 % de ceux-ci provenaient des États-Unis. «Il y a un champion suisse qui est présent, un suédois également», a ajouté l'organisateur.
Pour ce dernier, si l'International Snocross s'avère encore un succès cette année, c'est en partie grâce aux bénévoles. «L'aide des bénévoles a été très importante. La température n'est jamais facile, ils travaillent fort et sans eux, il n'y aurait pas d'événement», note-t-il.
D'ailleurs, il n'y a pas que des coureurs qui arrivent d'outre-mer. Des bénévoles ont également fait le voyage. «C'est la deuxième fois qu'on vient ici. En Suisse présentement il fait 3 ou 4 degrés, ça nous change d'air. Ce sont des vacances polaires, on trouve ça fantastique», raconte Jean-Paul De Gaspari.
C'est bien sûr la motoneige qui les attire au Québec, eux qui ont profité de l'occasion pour visiter un peu la Mauricie. «C'est la motoneige qui nous amène, on va aller en faire demain (aujourd'hui) aussi. Les Québécois, ils sont un peu comme nous, accueillants, souriants, le contact est facile et pour ça c'est très bien», a fait savoir Grégoire Dorsaz.
Déjà, avant même le bilan officiel, l'organisateur confirmait qu'il y aura une 5e édition l'an prochain et que les courses en soirée seront de retour.