Le front défensif des Estacades, dirigé par Pascal Luneau, a encore une fois donné du fil à retordre aux offensives adverses cette saison grâce au rigoureux travail de Miguël Tourigny, Jérémy Michaud, Vincent Sévigny, Jacob Rabouin et Zachary Massicotte.

S’inspirer du printemps passé

Trois-Rivières — Cinquièmes en saison régulière, les Estacades midget AAA s’apprêtent à entamer leur parcours éliminatoire, mercredi soir au Complexe sportif Alphonse-Desjardins. Un parcours au cours duquel ils espèrent revivre les émotions fortes du printemps dernier.

L’an passé, les Trifluviens ont goûté la finale de la Ligue midget AAA du Québec pour la deuxième fois seulement en 23 ans d’existence. Face au Blizzard du Séminaire Saint-François, la magie s’était cependant évaporée et les Estacades avaient été balayés en quatre matchs. Douze mois plus tard, la formation de l’entraîneur Frédéric Lavoie repart à la conquête d’une première coupe Jimmy-Ferrari, avec comme premier adversaire le Phénix du Collège Esther-Blondin, en huitièmes de finale.

Encore une fois, le front défensif des Estacades sera la pierre angulaire des succès collectifs. Après avoir affiché la meilleure défensive du plateau en 2016-17, les Estacades ont été les deuxièmes plus pingres en 2017-18 en accordant 98 buts en 40 matchs... soit un but de plus que les Chevaliers de Lévis.

Meneur de cette brigade, le vétéran Vincent Sévigny est d’avis que les Estacades devront poursuivre dans la même veine pour espérer freiner le productif duo Thomas Bordeleau (26 buts, 64 points) et Christophe Farmer (17 buts, 58 points), membres du top 5 offensif de la ligue. «Il ne faudra pas leur donner grand-chose. Tout le monde doit jouer son rôle pour garder des chances de gagner», souligne l’espoir des Tigres de Victoriaville.

Après avoir vécu l’ivresse d’une finale l’an dernier avec les autres vétérans Jérémy Michaud, William Grimard et Anthony Ferron, le capitaine Sévigny aimerait aller jusqu’au bout cette fois. «On a travaillé toute l’année pour être prêts en séries. Les vétérans, on va devoir agir en leader pour faire vivre aux autres ce qu’on a vécu l’an passé. C’était des moments inoubliables. Peu des joueurs des Estacades ont eu la chance de vivre ça.»

Gare au Phénix
Cette saison, les Estacades ont devancé le Phénix par 15 points au classement. Cependant, les protégés de l’entraîneur Paulin Bordeleau ont eu le dessus à chacun des deux affrontements. Voilà un beau rappel sur lequel l’entraîneur Frédéric Lavoie peut plancher afin que ses jeunes équipiers ne sous-estiment pas leurs rivaux.

D’ailleurs, pas plus tard que le printemps dernier, cinq des sept premiers favoris avaient été éliminés au premier tour. «Il y a tellement de parité, les séries de l’an dernier l’ont bien prouvé. Ce n’est pas parce qu’ils ont terminé plus bas au classement qu’ils vont nous donner la série. L’équipe qui sera la mieux préparée se donnera de meilleures chances de gagner», prévient le pilote.

«Ils ont une bonne attaque, avec un bon premier trio et un bon power play. Nous, on a une équipe solide défensivement alors on va devoir jouer dans notre identité et demeurer dans le moment présent. En séries, nos forces doivent demeurer nos forces», rappelle l’entraîneur des Estacades qui sera privé de Zachary Bellefeuille (suspendu) et Anthony Ferron (blessé) pour amorcer le tournoi printanier.

Quant à la tâche entre les poteaux, elle sera confiée à William Grimard en lever de rideau. Les deux premiers matchs de la série trois de cinq seront disputés au CSAD, mercredi et jeudi soir, sur le coup de 19 h.