Simon Kean

Simon Kean se battra pour une ceinture le 17 juin

Déçu du refus d'Adam Braidwood de l'affronter en juin parce qu'il convoitait son titre, Simon Kean (9-0, 8 k.-o.) ne sera finalement pas si perdant au change. Le poids lourd trifluvien a appris au cours des derniers jours que son combat du 17 juin impliquera le titre intercontinental de l'IBO, qui était vacant.
Seule ombre au tableau, Kean ne pourra se mesurer comme prévu à l'Argentin Rogelio Omar Rossi (19-5-1, 12 K.-O.), jugé trop faible par l'IBO. Eye of the Tiger Management a donc fait appel aux services du Brésilien Marcelo Luiz Nascimento (23-14, 20 k.-o.), un vieux routier de 36 ans qui a servi de test dans le passé à quelques grosses pointures de la division, notamment Tyson Fury.
«Les dernières performances de Simon ont impressionné l'IBO, qui a accepté de mettre sa ceinture intercontinentale enjeu. Mais pas contre Rossi, jugé pas assez menaçant. On a donc dû piger plus haut dans la hiérarchie. C'est certainement un plus gros défi pour Simon mais je ne suis pas inquiet, il est prêt», indiquait Camille Estpehan, Grand Manitou d'EOTTM.
Dans la planification de la carrière de l'olympien, Estephan tenait à le voir avec une ceinture autour de la taille le plus rapidement possible. L'IBO a beau être un organisme mineur sur l'échiquier planétaire de la boxe, une victoire de Kean le 17 juin obligerait les autres organismes à le placer sur leur radar. «Une ceinture, ça aide à progresser dans les différents classements», note Estephan
Chose certaine, cette ceinture donne encore plus de tonus à la motivation de Kean en vue du 17 juin. «Ça fait un bout de temps que j'attends une étape comme celle-là, elle est arrivée. Je suis très excité. On va s'occuper de cette première ceinture, on ira ensuite chercher celle de Braidwood», souriait le protégé de Jimmy Boisvert, qui doit toutefois orienter sa préparation différemment puisque Nascimento est droitier, alors que Rossi était gaucher. «Il y a des ajustements à apporter, c'est évident. Mais il n'est pas trop tard pour les faire. On commence à mettre les gants cette semaine avec un partenaire d'entraînement venu du Mexique, qui est droitier. On a encore du temps devant nous.»
Kean a bien sûr pris le temps d'étudier un peu son rival en regardant quelques-uns de ses combats. Il ne s'attend pas à un pique-nique. «Il a de l'expérience, de la puissance. C'est un gars qui s'est mesuré à de grands noms, notamment Fury et Joseph Parker. J'aimerais faire mieux qu'eux, ça lancerait tout un message!»
Le choc Kean-Nascimento fera les frais de la finale le 17 juin à l'Olympia. L'affrontement a été programmé pour 10 rondes, une première dans la carrière professionnelle de Kean.