Simon Kean l'emporte par K.-O. au 5e round

Simon Kean est passé à un niveau supérieur vendredi soir à la Bâtisse industrielle de Trois-Rivières en se payant un K.-O. au cinquième round contre le Mexicain Daniel Cota pour ainsi demeurer invaincu à ses cinq premiers combats professionnels.
Pour cette deuxième sortie devant ses partisans, l'olympien de Londres 2012 a offert un spectacle plus étoffé contre un rival qui était clairement capable d'encaisser quelques puissantes claques au visage. Cota n'était pas le dernier venu, avec une feuille de route qui compte notamment des duels avec deux champions du monde.
«C'est mon plus long combat en carrière, ça s'est bien passé. J'ai pris mon temps, j'ai bien attendu mes opportunités. Il avait une tête de roche et il prenait les coups en riant. Il en demandait encore, c'est dans le style mexicain. Maintenant, je suis prêt à en affronter des meilleurs!», a mentionné Kean qui était quelque peu embêté par une blessure à une main, un inconfort qui date de son combat à Gatineau le 21 février.
Lent départ
Le duel final de cette soirée présentée par Eye of the Tiger Management s'est amorcé lentement alors que Kean et Cota ont bien pris le temps de s'étudier mutuellement lors des trois premières minutes.
Le favori de la foule a ensuite augmenté la cadence à chaque round subséquent, l'assaut final survenant au cinquième round alors que son adversaire mexicain a visité le tapis à deux reprises. L'arbitre a finalement mis fin au duel à 1:56 de la cinquième reprise.
Si Cota s'est fait ébranler à quelques reprises, Kean n'a pas trop souffert entre les câbles. Les attaques du Mexicain étaient plutôt rares, compte tenu de la différence de portée, nettement à l'avantage de Kean qui a dominé d'un bout à l'autre.
«Il ne m'a pas pogné très fort. Et j'ai vraiment senti que j'étais en plein contrôle vers la fin du troisième round. En raison de son style, je devais le prendre en contre-attaque et ça ne servait à rien de le frapper au corps», a dit Kean, en référence à la silhouette enrobée de son adversaire.
«Super performance»
Tout sourire sur le ring avec son poulain, le promoteur Camille Estephan a admis avoir encore été épaté par le Trifluvien de 27 ans. «C'était une autre super performance. Il a écouté son coach (Mike Moffa) à merveille. Il n'a pas pris trop de risque et c'est le genre de boxeur qu'on veut bâtir. Un style à la Klitschko qui mise sur un excellent jab», a-t-il vanté, avançant qu'il aimerait maintenant mesurer Kean à Avery Gibson, un Américain qui était en action plus tôt dans la soirée, vendredi.
«Simon a battu Cota lors de son cinquième combat en carrière tandis qu'un gars comme Oscar Rivas l'a battu à son 14e combat. Les deux l'ont vaincu au cinquième round», a ajouté Estephan, à titre de comparaison.
Au terme d'un gala où le mercure se faisait cuisant, le grand patron d'EOTTM semblait ravi par l'accueil du public trifluvien, pour ce deuxième événement en l'espace de sept mois.
«C'était rempli, les gens ont encore une fois bien répondu. C'était juste dommage qu'on ait pas pu vendre d'alcool. On va arranger ça pour la prochaine fois.»