Le Bellemare de Louiseville et le Climatisation de Cap-de-la-Madeleine ont développé une intense rivalité.

Senior AAA: la parité sera encore au menu

TROIS-RIVIÈRES — Les Sportifs de Joliette ont causé une certaine commotion en éliminant tour à tour les Loups de La Tuque et le Bellemare de Louiseville lors des dernières séries. La saison 2019-20 pourrait encore réserver son lot de surprises dans la Ligue de hockey senior AAA du Québec, un circuit qui rime souvent avec parité.

À l’aube du début du calendrier régulier vendredi soir, Le Nouvelliste propose un aperçu de ce à quoi pourrait ressembler la prochaine campagne pour les cinq équipes établies sur son territoire.

Si Cap-de-la-Madeleine, Louiseville et La Tuque sont encore considérés parmi les puissances du meilleur circuit senior en province, il ne faudra pas sous-estimer les formations centricoises de Bécancour et Nicolet, qui accueillent chacune un nouvel entraîneur-chef.

Joliette, Plessisville, Granby (anciennement Waterloo) et Donnacona complètent les cadres de la LHSAAAQ, tandis que Windsor a préféré quitter le circuit pour la Ligue régionale de hockey, où l’on retrouvera notamment Saint-Pierre-les-Becquets et Saint-Boniface.

Loups de La Tuque, 1ers (2018-19)

Au dire de leur entraîneur, c’est le manque d’adversité vécu en saison qui aura causé une décevante élimination en demi-finale aux Loups de La Tuque, il y a quelques mois.

Imaginez, les hommes de Tommy Gauthier n’ont échappé que deux matchs en 22 sorties de calendrier régulier l’an dernier! «Ce qui devait arriver arriva: on a rencontré nos premiers vrais problèmes en séries et nous n’avons pas su les gérer de la bonne façon», se souvient Gauthier, prêt à effacer ce mauvais souvenir pour en façonner d’autres, des plus beaux ceux-là.

«Nos trois premiers trios sont pratiquement inchangés, presque tous nos défenseurs effectuent un retour et on ajoute à la brigade Jonathan Oligny, qui a joué dans la LNAH. Il n’y a rien d’acquis et nous aurons une cible dans le dos, mais je suis persuadé que nous pouvons encore batailler pour le premier rang.»

Devant le filet, les Latuquois enverront deux gardiens avec plus ou moins d’expérience, en Samuel Gagnon et Olivier Thomas, puisque Steven Veilleux poursuivra sa carrière dans le senior AAA avec Plessisville.

«Ce sera un défi pour eux, mais ils ont une belle équipe devant pour les appuyer.» C’est certain que le départ des frères Tommy et Steven Veilleux vers Plessisville fera en sorte que les matchs contre le Métal Pless seront particuliers.

Plus grand rival: Métal Pless de Plessisville

Climatisation Cloutier de Cap-de-la-Madeleine, 2e (2018-19)

Cette équipe mise sur un des meilleurs bassins de partisans du circuit, mais ses résultats ont souvent refroidi les gens au Cap. À sa première saison à la barre du club, Éric Haley a conduit sa troupe jusqu’aux portes de la finale, avant de s’incliner dans le carré d’as devant Louiseville et son bon ami Dean Lygitsakos.

Les attentes sont évidemment décuplées pour cet hiver: la direction et les joueurs veulent récompenser leurs fidèles amateurs. Afin d’y parvenir, on s’inspirera de la dernière campagne, environ 90% du noyau de la cuvée 2018-19 étant de retour.

«Notre groupe de défenseurs est presque le même et on y ajoute Jonathan Filion, qui revient de l’Europe après avoir inscrit 100 points dans le junior AAA. Il sera tout un quart arrière et fort utile sur l’avantage numérique», plaide Haley, aussi heureux de renouer avec les attaquants de pointe Antoine Masson, Zachary Beaudoin et Pier-Olivier Grandmaison, pour ne nommer que ceux-là.

«On a du leadership. Le capitaine Olivier Tardif a le cœur gros comme l’aréna Jean-Guy-Talbot. Samuel Blier a quant à lui été capitaine des Cataractes.»

Plus grand rival: Louiseville

Bellemare de Louiseville, 3e (2018-19) et finaliste

Tradition d’excellence oblige, l’été fut long pour le Bellemare, surpris en finale par les Sportifs de Joliette. Il n’en reste pas moins que l’équipe du grand manitou Dean Lygitsakos vient de prendre part à cinq des six dernières finales.

«Plusieurs joueurs étaient restés pour essayer de gagner un troisième championnat de suite», admet l’entraîneur, qui envisage une autre belle saison pour les siens.

L’ancien du Drakkar de Baie-Comeau et des Redmen de McGill, Fréédric Gamelin devrait rendre de fiers services «sur les 200 pieds de la patinoire». Le premier choix du repêchage Olivier Daunais et Francis Charette, l’un des hockeyeurs les plus électrisants du circuit, ont aussi confirmé leur présence au pays du sarrasin.

Quant à eux, Anthony Lafleur-Lebel et Jérémy Plourde ont été acquis par le biais de transactions avec Nicolet. «Lafleur-Lebel va nous donner du papier sablé à l’offensive tandis que Plourde, c’est sa vitesse qu’on recherchait.»

Déjà respectée, la brigade défensive constituera encore l’une des forces du Bellemare avec l’arrivée de Wayne Létourneau, un produit du junior AAA qui a connu «un camp exceptionnel.»

Louiseville a bouclé un parcours parfait en matchs préparatoires (4-0). Ils figurent toujours parmi l’élite et ça ne devrait pas changer cette année.

Plus grand rival: Cap-de-la-Madeleine

Condor de Nicolet, 6e (2018-19)

Un bon défi attend le Condor en début de campagne. En raison du retard dans les travaux de réfection à l’aréna Pierre-Provencher, l’équipe senior devra disputer ses cinq premières rencontres sur la route.

Pour le nouvel entraîneur-chef Alain Gardner, ça ne permettra que de souder un peu plus le vestiaire des Nicolétains. «Si nous allons chercher deux ou trois victoires dans cette séquence, nous serons dans une posture intéressante pour la suite des choses», prédit l’homme qui cumule plus de 30 années dans le coaching.

L’attaque du Condor reposera notamment sur Étienne Salvail, meilleur pointeur de l’équipe l’an passé, ainsi que Pierrick Martel. Parmi les acquisitions dont il est fier, Gardner cite l’émergence du défenseur Jean-Sébastien Taillefer, en appui à Bryan Groleau. Le pilote a sa petite idée sur ce à quoi devrait ressembler le Condor.

«J’aimerais m’inspirer de ce qui se fait à Joliette avec Gaby Roch, qui est un ancien Condor. Selon moi, c’est encore l’équipe à battre. Ils sont intenses, robustes et talentueux. Nous allons tenter d’inculquer ça de notre côté et on verra ce que ça va donner. Chose certaine, le Condor donnera un bon spectacle, soir après soir.»

Le message est passé pour la rentrée à domicile... le 8 novembre!

Plus grand rival: Joliette

Formule Fitness de Bécancour, 7e (2018-19)

Nouveaux propriétaires, nouvel entraîneur-chef pour le Formule Fitness. Après avoir fait la pluie et le beau temps à St-Léonard-d’Aston durant les belles années du BigFoot, André Alie a accepté un nouveau mandat, celui de redresser la barque à Bécancour.

«Notre équipe sera très rapide, axée sur le hockey des années 2000», prévient l’homme de hockey, désireux d’installer une nouvelle culture à l’aréna Roland-Rheault.

La première année du Formule Fitness avait été remplie de promesses, mais ça s’est moins bien passé en 2018-19, l’équipe ne parvenant même pas à traverser la ronde initiale. «Je veux rendre ça le plus sérieux possible. Nous avons un excellent groupe autour du capitaine William Couture. Parmi nos bons joueurs, Nicolas Carrier est certainement l’un des patineurs les plus rapides du circuit.»

Au sein des acquisitions, Alie se félicite des arrivées de Steve Lebel et du dur à cuire Martin Trempe, qui donnera un coup de main à Dave Leblanc. On fonde aussi de l’espoir sur le premier choix de l’équipe au repêchage, le défenseur Louis-Philip Fortin, un ancien du junior majeur.

Dans les buts, le gardien Nicolas Lachance aura aussi son mot à dire à savoir où les Bécancourois se situeront dans le peloton des neuf équipes.

Plus grand rival: Nicolet