Les Patriotes ont échappé une avance de deux buts, dimanche au Colisée, avant de s’incliner 4-3 en prolongation devant les Gee Gees d’Ottawa.

Sans complexe, les Patriotes

TROIS-RIVIÈRES — Ils sont peut-être coincés au milieu du classement de leur division mais ce week-end, les Patriotes ont prouvé qu’ils pouvaient tenir tête aux meilleures équipes universitaires au pays.

Samedi à Carleton, un but dans les derniers instants du match a procuré une courte victoire de 2-1 aux Ravens. Après être revenus en ville aux petites heures du matin, les Patriotes ont à nouveau offert une belle résistance dimanche soir au Colisée, s’inclinant cette fois 4-3 en prolongation devant les Gee Gees d’Ottawa.

Dommage, il n’y avait même pas 200 amateurs pour assister à ce duel qui a été enlevant du début à la fin. Les Gee Gees, qui n’ont subi qu’une défaite depuis le début de la saison, semblaient en mauvaise posture au milieu du match, dominés 3-1 au tableau. Les visiteurs ont toutefois inscrit un gros but en fin de deuxième, point de ralliement d’une remontée qui s’est terminée en prolongation.

«C’est sûr que c’est décevant de perdre une avance de 3-1 à la maison», soutenait le pilote Marc-Étienne Hubert. «Nous sommes une jeune équipe, on a du travail à faire sur la gestion de la rondelle et la gestion du cadran. Mais quand même, on a livré une bonne bataille contre une très bonne équipe mature, même s’il nous manquait quelques réguliers. On peut construire sur du positif.»

La veille, Hubert croit que son équipe méritait un meilleur sort. Elle menait par un but en troisième lorsque les Ravens ont eu droit à un double avantage numérique, qu’ils ont transformé en but égalisateur. «On a eu droit à beaucoup d’adversité en fin de semaine. Globalement, on a bien réagi», notait le pilote, en vantant les mérites de Frédéric Bégin, qui a marqué un deuxième but en autant de matchs. Christophe Boivin et Julien Gagné ont réussi les autres filets des Patriotes.

«Je suis content pour Bégin, un gars du coin. Deux buts, alors qu’on cherche justement des façons de marquer davantage. Il va être dur à tasser. Il a mérité une chance de se faire valoir.»

Dans l’autre camp, Patrick Grandmaître était bien content de repartir à la maison avec deux points de plus. Après avoir vu l’Université d’Ottawa suspendre son programme pendant un an à la suite d’un scandale sexuel, force est d’admettre que les Gee Gees ont rebâti sur du solide depuis trois saisons.

«Il se passe quelque chose de spécial avec notre équipe. Notre ligue n’est pas la plus médiatisée, ça passe un peu sous le radar mais ça n’enlève rien au mérite des 14 gars qui ont accepté de relever le défi il y a trois ans lorsque tout le monde leur disait de ne pas venir chez nous. J’adore ce que je vois présentement. On offre de l’excellent hockey. Ce sont presque toujours des matchs serrés comme celui de ce soir. Je pense que nous avons dominé, mais les Patriotes ont fait honneur à leur réputation d’équipe opportuniste.»