En soccer masculin, les Diablos ont éclipsé la compétition en saison régulière avec une fiche parfaite de sept victoires.

Saison parfaite au Cégep!

TROIS-RIVIÈRES — Déçus d’avoir raté leur promotion en première division l’an dernier, en raison de résultats en deçà des exigences sur le terrain, les joueurs de soccer des Diablos de Trois-Rivières ont répliqué avec panache cet automne en s’offrant un calendrier parfait de sept victoires en autant de matchs!

En plus de dominer leurs rivaux à l’attaque, avec 27 buts, les protégés de l’entraîneur Shelden Black ont surtout épaté par la qualité de leur étanchéité défensive, en deuxième division du réseau collégial masculin. En 630 minutes de jeu, les Rouges n’ont permis qu’un seul but à leurs adversaires! Il s’agit là d’un contraste important avec les huit buts encaissés en 2017 au cours de leur saison de quatre victoires et quatre défaites.

«Les Diablos ont déjà eu des saisons régulières parfaites, mais ça fait longtemps qu’on n’en a pas eu une aussi parfaite que ça! Accorder un seul but, c’est tout à l’honneur des gars qui ont travaillé fort pour cet accomplissement», sourit l’entraîneur-chef de la formation masculine.

Pourtant, après les ratés de l’an dernier, avec une équipe à maturité, les aspirations n’étaient pas aussi ambitieuses que par le passé dans le vestiaire trifluvien. «On a accueilli plusieurs joueurs de première année alors les objectifs n’étaient pas aussi élevés. Malgré cela, il faut croire que le gâteau a levé rapidement!», se réjouit le pilote qui écoule sa deuxième saison complète à la tête des Rouges.

Dans ce groupe de recrues, Émile Boivin a particulièrement braqué les projecteurs en sa direction. Le porte-couleurs du Club de soccer de Trois-Rivières en saison estivale a touché la cible à chacun des matchs où il a été utilisé, complétant la campagne avec six buts en six matchs. «On a eu de belles surprises cette saison. Il y a plusieurs recrues qui poussent dans le dos des vétérans. Ça entraîne une belle compétition à l’interne», note Black.

Inévitablement, une telle saison ramènera sur la table la possibilité de faire passer les Diablos de la deuxième à la première division. Pour l’instant, aucune demande n’a été transmise en ce sens au RSEQ par l’établissement trifluvien. Si jamais le dossier devait aller de l’avant au cours des prochaines années, les Diablos devraient notamment maintenir des performances de qualité pendant deux saisons de suite.

Chose certaine, la perfection de l’automne 2018 vient mettre un baume sur la saison précédente. «Ça montre que c’était seulement une erreur de parcours l’an passé. Ça fait du bien aux joueurs de connaître une aussi belle saison», explique l’entraîneur, rappelant du même souffle que le travail n’est pas encore terminé.

Dans une dizaine de jours, les Diablos auront en effet rendez-vous à Saint-Hyacinthe pour le championnat de conférence. Ils voudront à ce moment mériter leur invitation au championnat provincial. «On ne doit pas se satisfaire seulement ce qu’on a accompli. On a encore d’autres matchs à gagner», souligne Black.

La dernière présence des Diablos au championnat provincial remonte à 2016 alors qu’ils avaient remporté la médaille de bronze. Quant au titre provincial, la dernière conquête trifluvienne en soccer masculin date de l’automne 2000.

Les filles en éliminatoires

Du côté du réseau féminin, les Diablos ont bouclé le calendrier régulier avec cinq victoires et deux revers, un rendement qui leur offre le troisième rang de la deuxième division. Les équipières de Geoffrey Jouvin tenteront maintenant de mériter leur place au championnat de conférence ce week-end lors des séries éliminatoires régionales qui se tiendront à Trois-Rivières. Les Diablos se mesureront d’entrée de jeu aux Inouk de Granby.