L’arrêt-court Thomas Roulis en sera à sa première année officielle dans le baseball professionnel.

Roulis a de gros crampons à chausser

TROIS-RIVIÈRES — Les Aigles ont participé aux séries de fin de saison à deux reprises depuis 2013. Une tendance se dégageait lors de ces deux cuvées: la présence d’un arrêt-court au gant d’or: Pedro Lopez en 2015, Sam Dexter l’an passé. Si l’équipe veut encore se donner une chance d’aller loin cet été, elle devra miser en partie sur le jeu de Thomas Roulis, son nouvel homme de confiance à la position d’inter.

À première vue, Roulis, un frappeur ambidextre, n’a pas le physique typique d’un arrêt-court. À 5 pieds 10 pouces, il sera l’un des plus petits joueurs chez les Aigles en 2019. Assez massif, il ne faut néanmoins pas se fier aux apparences: Roulis est un athlète accompli, ayant pratiqué les arts martiaux et le soccer à un haut niveau, avant de focaliser ses énergies vers le baseball.

La recrue de 25 ans arrive à Trois-Rivières après avoir passé deux campagnes au Michigan, dans le semi-pro, au sein de la Ligue United Shore. Auparavant, il avait évolué durant quatre saisons pour l’Université Dartmouth, dans la Ivy League, ce regroupement d’universités privées parmi les plus prestigieuses du Nord-Est des États-Unis.

Vous aurez compris que Roulis est un type brillant. Il a étudié en sciences politiques ainsi qu’en psychologie. Le droit l’intéresse, les finances aussi. «Je suis en train de démêler tout ça. Mais pour l’instant, je suis 100 % dans le baseball, c’est la raison pourquoi je suis ici», explique le sympathique athlète originaire de Long Island, près de New York.

Yale, Harvard, Cornell, Princeton, Columbia: Roulis a visité les plus beaux campus de son coin de pays tout en vivant sa passion du baseball. Sur le terrain, il s’est plutôt bien débrouillé au sein de la Ivy League, s’imposant comme l’un des joueurs défensifs les plus fiables de sa conférence. Il n’a cependant jamais reçu d’appel du baseball indépendant ou des rangs affiliés.

«Pourtant, il n’a pratiquement pas commis d’erreurs durant sa carrière universitaire. En quatre ans, je pense qu’il n’a même pas 10 erreurs», s’exclame le gérant des Aigles T.J. Stanton, conscient que les partisans auront ce nouvel arrêt-court à l’oeil. Les exploits défensifs de Sam Dexter ont ébahi tout le monde l’an dernier, d’autant plus qu’il négociait avec le terrain le plus difficile de la Ligue Can-Am. Roulis et le releveur Cortland Cox ont d’ailleurs été échangés contre Dexter, aux Milkmen de Milwaukee de l’Association américaine du baseball professionnel.

«Je ne dis pas que Thomas sera le joueur défensif par excellence de la ligue, sauf que j’ai bon espoir qu’il deviendra un excellent atout pour nous. Il a davantage les allures d’un porteur de ballon au football, mais j’ai vu des vidéos et il m’a convaincu qu’il méritait sa chance chez les Aigles.»

Le principal intéressé ne s’en fait pas avec la qualité du terrain dans son nouveau stade. «J’ai joué sur bien pire que ça depuis que j’ai quatre ans! L’objectif sera de rester constant durant 100 matchs. Ce sera la première fois que je joue autant dans un été, j’aborde ça comme un beau défi.»

Ceinture noire

Si jamais Thomas Roulis devait défendre des coéquipiers dans une mêlée générale cette saison, il aura une carte dans sa manche. Pendant près de 15 ans, il a pratiqué le Soo Bahk Do, un art martial duquel il atteint le troisième niveau de ceinture noire. Il a pris part à plusieurs compétitions nationales et internationales.

Au soccer, il a également excellé en tant que défenseur latéral. Un de ses bons amis, Tim Parker, porte les couleurs des Red Bulls de New York dans la MLS. À un certain moment dans sa vie, comme bien d’autres athlètes avant et après lui, il a dû faire un choix entre toutes ces disciplines. Il a opté pour le baseball.

«Je ne suis pas un frappeur de puissance, mais je peux déposer la balle en jeu, peu importe le champ. Je crois que j’ai tout pour réussir dans la Ligue Can-Am.»

Stanton le croit aussi. On s’attend à ce que le haut de l’alignement des Aigles au bâton soit assez menaçant, avec la présence de joueurs comme LeVon Washington, Taylor Brennan, Juan Kelly et Alberth Martinez. Roulis, avec ses 14 buts volés en 41 matchs, pourrait marquer plusieurs points cet été.