Le directeur général du GP3R, Dominic Fugère et le président de la série CTCC, John Bondar, en compagnie de Nicole POirier, directrice de Carpe Diem et le pilote Jacques Deshaies, dont la voiture servira à récolter des fonds pour l'organisme, en fin de semaine.

Rouler pour une bonne cause

Le chroniqueur automobile trifluvien Jacques Deshaies a décidé de s'associer à Carpe Diem-Centre de ressources Alzheimer pour la prochaine édition du Grand Prix de Trois-Rivières. Les amateurs qui viendront assister au GP3R seront, en effet, invités, moyennant un don de 5 $, à signer le capot de la Mazda RX-8 no 27 que Deshaies pilotera dans les deux courses de la série Canadian Touring Car Championship (CTCC) au programme de la fin de semaine.
«J'ai la chance d'avoir des commanditaires qui me permettent d'assouvir ma passion de piloter, explique Deshaies. Je me suis dit: pourquoi ne pas profiter de l'occasion pour aider des causes caritatives? On a tous quelqu'un dans notre entourage qui est touché par la maladie d'Alzheimer; il faut prendre soin de ces gens-là, on ne peut pas les larguer comme ça.»
La directrice de Carpe Diem- Centre de ressources Alzheimer, Nicole Poirier, se réjouissait que Deshaies ait pensé à son organisme. «Il a spontanément décidé de nous soutenir, sans avoir vécu la maladie de près, soulignait-elle. Ça va bien plus loin qu'un don de 5 $; quand on signe, on s'engage pour que les choses changent. Peut-être que ça va donner des idées à d'autres gens qui veulent s'impliquer.»
Le lien entre Carpe Diem et le Grand Prix de Trois-Rivières revêt aussi une importance symbolique pour elle, puisque son père, Guy Poirier, a participé aux débuts du GP3R en commanditant, par l'entremise de la brasserie Labatt qu'il représentait à l'époque, la toute première édition de l'événement en 1967. Il fait d'ailleurs partie du Temple de la renommée du Grand Prix. «C'est une émotion supplémentaire, avoue-t-elle. Il nous racontait que c'était un peu fou de faire des courses dans les rues.»
L'organisation du GP3R et la série CTCC ont décidé de s'associer à la démarche de Deshaies. Le directeur général du GP3R, Dominic Fugère, parlait d'une «initiative novatrice». D'ailleurs, des pilotes du Grand Prix iront rendre visite aux résidents de Carpe Diem durant le week-end, histoire de les rassurer. «Les personnes atteintes d'Alzheimer sont parfois plus sensibles au bruit, explique Mme Poirier. Ils entendent le bruit des courses, et ça peut les inquiéter. Ça va symboliquement les rassurer de voir arriver des pilotes avec leur combinaison et leur casque. Ils ne peuvent plus venir au Grand Prix, mais le Grand Prix va venir à eux.»
De son côté, le président de la série CTCC, John Bondar, assurait faire partie de la famille du GP3R après six ans.
«Quand on fait partie d'une famille, on doit être sensibilisé à la santé et au bien-être de ses proches, disait-il. C'est avec beaucoup de considération que nous appuyons Jacques (Deshaies) dans cette démarche de collecte de fonds pour Carpe Diem.»
Ni Deshaies, ni Mme Poirier n'ont fixé d'objectifs pour ce projet. «On veut le maximum de noms!, assure Deshaies. Si on manque de place sur le capot, on va faire signer les côtés de la voiture, et si on manque encore de place, je vais trouver une autre voiture en CTCC! Tout le monde au Grand Prix devrait venir signer la voiture.»
Deshaies et son équipe seront d'ailleurs dans le stationnement du magasin Canadian Tire du boulevard des Forges, aujourd'hui entre 8 h et 21 h pour recueillir des signatures.
Les amateurs pourront aussi apposer leur nom durant tout le week-end du Grand Prix.