Il régnait une belle ambiance aux Grandes Estrades.

Rodéo: une finale haute en couleur

Saint-Tite — Les quelque 7500 spectateurs réunis dimanche aux Grandes Estrades de Saint-Tite en ont eu pour leur argent. La finale de rodéo de l’IPRA, à laquelle prenaient part plusieurs cow-boys et cavalières de la région, était relevée et les titres de champions de plusieurs catégories ont été chaudement disputés.

Dernière discipline présentée lors des rodéos, la monte du taureau sauvage est toujours très impressionnante. Les cow-boys de 200 livres se mesurent à des bêtes faisant près de huit fois leur poids. Et lors de la finale, les taureaux sélectionnés sont ceux qui offrent les meilleures oppositions. Seuls deux compétiteurs sur les dix à prendre part à cette finale ont réussi à demeurer huit secondes sur le dos de l’animal. C’est dans ces circonstances difficiles que le cow-boy du Tennessee Cody Brewer a décroché le meilleur pointage. Solide sur son animal, il repart de Saint-Tite avec le titre de champion et la bourse qui l’accompagne.

«C’est fantastique. J’ai toujours aimé venir ici. J’aime le Canada et j’apprécie toujours venir au rodéo de Saint-Tite. C’est un honneur pour moi ce titre», confie-t-il quelques instants après sa victoire.

Le cow-boy Cody Brewer du Tennessee a décroché le meilleur pointage à la  monte du taureau sauvage.

«Les taureaux cette semaine étaient exceptionnels. Si tu arrives à monter le taureau, tu as de bonnes chances de gagner. Et c’est ce qui m’est arrivé.»

Le monteur de taureaux originaire de Saint-Tite Zachary Bourgeois s’était taillé une place en finale, mais n’a pas complété les huit secondes. La région peut toutefois compter sur de la belle relève dans cette discipline. La finale de la monte du bouvillon opposait Victor Lafrenière de Saint-Boniface et Justin Gavillet de Sainte-Thècle. Les deux adolescents ont sauté dans l’arène sur le dos d’une bête de plus de 800 livres. L’impressionnante performance de Gavillet lui a valu un pointage de 80 pour un cumulatif de 165 points lui permettant de remporter la victoire sur son bon ami.

«J’ai monté un taureau et j’ai tripé ben raide», lance l’adolescent avec un large sourire. «C’est fou le monde qui a ici. L’ambiance est exceptionnelle.»

La finale de la course des barils chez les dames a été chaudement disputée.

Victor Lafrenière n’a pour sa part pas complété les huit secondes réglementaires. Lors de sa chute, il a été touché par le bouvillon qui lui aura laissé une bonne égratignure à la cuisse.

Au début du rodéo, les compétiteurs de la monte des chevaux sans selle en ont mis plein la vue aux 7500 spectateurs. Les chevaux étaient fougueux et ont donné du fil à retordre aux compétiteurs. Meneur lors des rodéos de qualifications, le cow-boy de l’Alberta mais originaire du Québec Jeffrey Spur Lacasse s’est à nouveau imposé lors de la finale. Jumelé à la jument Fiesta, reconnue pour son énergie lors des rodéos, Lacasse a décroché un pointage de 85, loin devant son plus proche adversaire.

La finale de la course des barils chez les femmes a été chaudement disputée. Des cavalières très rapides et d’expérience, comme les Québécoises Jessica Gauthier ou Kim Désilet (Bécancour), prenaient part à cette dernière course du 52e Festival western. Mais la jeune Jaylie Matthews de l’Arizona a complété le parcours avec un temps de 16,214 secondes, 4 millièmes de seconde devant la Texane Tiany Schuster. Jaylie Matthews est la jeune sœur de Taycie, la détentrice du record de piste à Saint-Tite, enregistré en 2017 alors qu’elle n’avait que 14 ans.

Fait plutôt rare, deux chevaux ont chuté pendant la discipline du sauvetage du cavalier. Personne n’a été blessé, ni les bêtes.

«C’est merveilleux», avoue-t-elle avec enthousiasme en anglais après sa victoire. «C’est ma première fois ici. Et ç’a été une très belle semaine pour moi», ajoute-t-elle avec le rire nerveux d’une adolescente très fière d’elle.

Chez les hommes, le cavalier de la Nouvelle-Écosse Cameron Edwin a été à nouveau le plus rapide de la compétition. Celui qui a dominé les qualifications a été couronné champion de sa discipline.

La cavalière de Saint-Tite Fanny Dessureault s’est présentée à la finale avec en poche les deux meilleurs temps cumulatifs des qualifications du sauvetage du cavalier avec ses deux montures inscrites à la compétition. Et les temps qu’elle avait enregistrés étaient très rapides. Lors de la finale, sa première monture a fait une chute dans le deuxième virage. Fait plutôt rare, deux chevaux ont chuté durant cette discipline.

Photo: Olivier Croteau 2019/09/15 St-Tite, Quebec Canada. Rodeo IPRA Coors Banquet de St-Tite.

Lors de sa deuxième course avec son autre monture qualifiée, son partenaire Pascal Desrochers n’a pas réussi à monter sur le cheval. Cette discipline a été remportée par Daniel Dagenais et Olivier Larochelle d’Oka. «Nous sommes très contents, mais vraiment brûlés», confie Daniel Dagenais avec le souffle court après sa victoire en décrivant les conditions du terrain lors de la finale.

«On a couru sur un terrain mouillé beaucoup cette semaine et là on tombe sur un terrain sec comme une piste de course. Il faut que les chevaux s’adaptent. C’est plus compliqué pour certaines équipes, mais nous avons deux vieilles montures qui savent s’adapter.»

Le duo composé d’Israël Malette et de Pascal Desrochers de Mayo en Outaouais a mis la main sur la veste de champion de la finale de l’échange de cavalier. L’Australien Luke Chaplind s’est imposé à la monte du cheval avec selle. Le cheval Thomas and Mack lui a offert un solide défi, lui permettant d’inscrire le plus haut pointage de cette discipline.

Photo: Olivier Croteau 2019/09/15 St-Tite, Quebec Canada. Rodeo IPRA Coors Banquet de St-Tite.

La prise du veau au lasso a réservé une belle surprise aux amateurs de rodéo. Le dixième et dernier compétiteur à se tailler une place en finale, Cowboy Rauch de l’Illinois, a enregistré un temps de 8,2 secondes ce qui lui a valu la victoire. Le Québécois de Pont-Rouge Mathieu Laperrière a réalisé un impressionnant temps de 4,2 secondes au terrassement du bouvillon. Il a su s’imposer dans cette discipline généralement dominée par les cow-boys de l’extérieur du Québec.