Le Canadien n’a pas fait le poids face aux Panthers, jeudi soir.

Rien ne presse pour les snowbirds

Les snowbirds peuvent dormir l’esprit tranquille. Ils n’auront pas à précipiter leur retour au Québec afin de ne rien manquer de l’excitante fin de saison du Tricolore!

Probablement déjà au courant de la tempête de neige qui s’abattait sur la Belle Province jeudi, les Québécois réunis au BB&T Center pour le duel entre le Canadien et les Panthers ont eu une autre raison de ne pas s’ennuyer du Québec.

Il faut dire que le match ne s’annonçait pas très enlevant avant la première mise au jeu. Pendant que les Panthers fonctionnent à plein régime avec une irrésistible poussée, dans l’espoir de participer aux séries éliminatoires, le Canadien était pour sa part privé de Carey Price, Shea Weber, Max Pacioretty, Phillip Danault, Charles Hudon et Victor Mete. Déjà que ça ne regorge pas de profondeur de talent à Montréal...

Malgré tout, la troupe de Claude Julien n’a pas disputé un si vilain match en Floride – selon les standards anormalement bas de cette saison. Le problème, c’est que tout ce qui pouvait mal aller a éclaté au visage du Canadien.

Il y a d’abord eu ce but qui n’a pas été accordé à Nicolas Deslauriers, en raison d’une reprise vidéo non concluante.

Puis, le Canadien s’est retrouvé une fois de plus du mauvais côté d’une décision des officiels. Sur le deuxième filet des Panthers, Nick Bjugstad aurait mérité une pénalité en zone neutre. Il a plutôt doublé l’avance de son équipe.

Mais bon, Claude Julien a beau gesticuler autant qu’il peut derrière le banc de son équipe, ça ne change rien au fait que son alignement aurait davantage de chances de rivaliser dans la Ligue américaine que dans le circuit Bettman.

Décidément, après un tel spectacle – un 10e jeu blanc! – rien ne presse pour les snowbirds. Ils peuvent se prélasser encore quelques semaines au soleil avant de rentrer au pays... juste à temps pour la saison de golf de leurs favoris.