Avec le chantier du nouveau Colisée lourdement retardé, il n’est pas impossible que l’aréna Jean-Guy-Talbot survive de quelques semaines, voire quelques mois, à sa démolition prévue cet automne.

Retard au nouveau Colisée: un sursis pour l’aréna Talbot?

Trois-Rivières — Le retard annoncé dans la livraison du nouveau Colisée de Trois-Rivières pourrait avoir un impact sur les heures de glace disponibles, quand la vie reprendra son cours normal. Dans ces circonstances, il n’est pas impossible que la démolition de l’aréna Jean-Guy-Talbot soit reportée.

Le maire de Trois-Rivières Jean Lamarche a reconnu, jeudi, que la suspension des travaux au District 55 forcera la Ville à faire preuve de créativité, au moment où les activités des associations de hockey mineur et des clubs de patinage artistique, pour ne nommer que ceux-là, reprendront leurs activités.

«Est-ce que les travaux au nouveau Colisée recommenceront le 13 avril? Personne ne peut le confirmer. Environ 80 % des travaux sont complétés, mais il reste encore beaucoup de choses à faire, dont l’aménagement extérieur et l’installation des bancs.»

En ce sens, l’aréna Jean-Guy-Talbot, dans le secteur Cap-de-la-Madeleine, risque de s’imposer comme un incontournable si le nouveau Colisée et ses deux glaces ne sont pas prêts au moment souhaité. Car il n’y a pas que les Patriotes de l’UQTR, actuels locataires du vieux Colisée, qui attendent de se relocaliser: avec la fermeture prévue de Talbot, le hockey mineur du Cap devra être fixé.

«Oui, l’aréna Jean-Guy-Talbot peut être une option de remplacement pour quelques semaines. Par contre, nous ne ferons pas de réfection majeure pour permettre à cette infrastructure de garder sa vocation hockey. Je veux être clair: on ne fera pas de l’acharnement thérapeutique sur l’aréna.»

On se souviendra qu’il y a quelques mois, la Ville avait annoncé que l’aréna Jean-Guy-Talbot serait démoli vers l’automne 2020.

Le site gardera toutefois une vocation sportive, lui qui est bien situé sur le plan géographique, avec les terrains de dekhockey et de tennis, le parc Martin-Bergeron ainsi que sa proximité avec le Complexe sportif Alphonse-Desjardins et l’Académie les Estacades.

Copropriétaire du Climatisation Cloutier de Cap-de-la-Madeleine dans la Ligue de hockey senior AAA du Québec, Yves Tremblay suit évidemment ce dossier de près. La pandémie mondiale de coronavirus affecte nos vies et l’économie, mais si elle peut permettre la sauvegarde de l’aréna Jean-Guy-Talbot, ne serait-ce que pour quelques semaines de plus, l’homme d’affaires s’en réjouira.

«Si ça peut nous pousser à réfléchir un peu, tant mieux! J’espère que nous allons jouer à l’aréna Talbot la saison prochaine. Je ne pense pas que ce serait dramatique de retarder la démolition d’au moins un an, si c’est toujours dans leurs plans. Ça donnerait du temps à tout le monde et pour nous, dans le hockey senior au Cap, ça nous garantirait un aréna avec les concessions. Car sans concessions, on ne peut faire vivre une équipe de ce calibre chez nous.»

Le 29 février dernier, le Climatisation Cloutier a disputé ce qui devait être le dernier match de l’histoire à l’aréna érigé en 1969. Pour l’occasion, plus de 1000 personnes s’étaient déplacées. «Ils ne nous auraient pas laissé jouer si ça n’avait pas été sécuritaire», d’ajouter Yves Tremblay, qui suivra le dossier avec intérêt dans les semaines à venir.