Les Pink Sox ont trouvé une façon originale de souder leur esprit d’équipe, en cette période de confinement. Sur la photo, 4 des 11 joueuses: Laurence Fréchette, Sarah-Maude Wolfe, Estelle Baril et Lily-Rose Labranche.
Les Pink Sox ont trouvé une façon originale de souder leur esprit d’équipe, en cette période de confinement. Sur la photo, 4 des 11 joueuses: Laurence Fréchette, Sarah-Maude Wolfe, Estelle Baril et Lily-Rose Labranche.

Restez chez vous: les Pink Sox veulent jouer! [VIDÉO]

Maskinongé — Martin Fréchette a trouvé une idée originale afin de souder l’esprit d’équipe de ses jeunes Pink Sox, qui attendent impatiemment la fin du confinement pour se retrouver entre amies, sur un terrain de baseball près de chez vous.

Dans une vidéo d’un peu plus de deux minutes, les 11 joueuses de l’équipe s’appellent, une après l’autre, et se donnent rendez-vous à l’extérieur pour jouer au baseball.

Pas la peine d’appeler la police, car personne n’a contrevenu aux recommandations du confinement. Il s’agit en fait d’un montage réalisé par la fille de Martin Fréchette, Rosalie, qui a rassemblé toutes les séquences envoyées par les jeunes pour rendre un produit final sympathique.

Les Pink Sox joueront dans la catégorie moustique cet été, si la saison peut commencer. Elles visent le championnat provincial, à la fin du mois de juillet. L’équipe regroupe quelques-unes des meilleures joueuses de la région chez les filles de 10 et 11 ans.

«Elles n’ont eu qu’un camp de sélection et une pratique cet hiver pour faire connaissance. Je trouvais que c’était une belle façon pour intégrer tout le monde. On veut aussi promouvoir le baseball féminin», reconnaît le papa de trois jeunes filles, dont Laurence, une des membres de cette équipe. C’est sa grande sœur qui a complété le montage.

Martin Fréchette

Les autres joueuses qui apparaissent dans la vidéo sont Élisabeth Landry (Maskinongé), Estelle Baril (Saint-Léon-le-Grand), Justine Ricard (Saint-Étienne-des-Grès), Mia-Rose Marchand (Trois-Rivières), Marie-Soleil Matte (Trois-Rivières), Lili-Rose Labranche (Trois-Rivières), Julianne Desmarais (Trois-Rivières), Sarah-Maude Wolfe (Cap-de-la-Madeleine), Kimiko Noël (Cap-de-la-Madeleine) et Marie-Jeanne Laporte (Trois-Rivières).

On y voit aussi l’entraîneur-chef, ses adjoints Jonathan Marchand, Steve Wolfe et Danylynn Mercier de même que la gérante Annie Leblanc et la représentante du baseball féminin chez Baseball Mauricie, Caroline Tremblay. Voilà, le tour de l’équipe est complété! Et la petite balle blanche cousue ne cesse de voyager pendant ces 150 secondes.

«Le but, c’était de créer une chimie, même si nous sommes encore loin du début de la saison... ou d’une simple pratique. Les filles proviennent de diverses associations locales et tôt ou tard, elles vont se retrouver pour jouer ensemble et représenter la Mauricie. Je suis content de voir que tous les parents et les enfants ont répondu positivement à notre initiative», sourit Martin Fréchette, un directeur d’école très impliqué dans sa communauté, dont à l’Association de baseball de Louiseville.

«Nous voulons surtout conscientiser les gens à respecter le confinement. Notre vidéo, c’est une chaîne qui unit toutes nos joueuses: elles risquent de jouer ensemble longtemps dans le programme des Pink Sox, pourvu que les consignes de la Santé publique soient entendues!»

Ces petites forment en effet la relève du baseball compétitif dans le volet féminin, un secteur en croissance constante dans la région depuis quelques années. «Seulement à Louiseville, nous sommes passés de 4 à 44 jeunes filles à l’association en 4 ans!»

Le baseball féminin sera d’ailleurs de la 57e finale des Jeux du Québec, en 2022 à Rimouski.