­­Les activités parascolaires et sportives, dont le football, pourront reprendre dès lundi.
­­Les activités parascolaires et sportives, dont le football, pourront reprendre dès lundi.

Reprise des activités parascolaires et sportives dans les écoles: soulagement dans la région

Mathieu Lamothe
Mathieu Lamothe
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — La confirmation de la reprise dès ce lundi, suivant certaines restrictions bien sûr, des programmes sport-études et art-études, des diverses concentrations ainsi que des activités sportives et parascolaires est très bien reçue dans la région.

Les dirigeants des institutions d’enseignement et les responsables des activités sportives, culturelles et d’autres programmes ont pour la plupart poussé un soupir de soulagement lorsqu’ils ont pris connaissance, en matinée vendredi, des propos du ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge.

«Nous sommes très heureux pour nos jeunes. Ils attendaient ça avec impatience et nous aussi. Il reste des détails à peaufiner et à revoir, mais nous sommes tout de même heureux que nos jeunes puissent recommencer à bouger et à s’épanouir, que ce soit dans les sports ou d’autres activités de la vie étudiante», indique la directrice des services techniques et parascolaires de l’Institut secondaire Keranna, Jovette Basque.

Le ministre Roberge a en effet confirmé qu’en plus de sa classe, chaque élève pourra faire partie de deux autres groupes stables, donc participer à un maximum de deux activités scolaires.

Cette nouvelle consigne est basée sur le système régional d’alerte à quatre paliers, dévoilé mardi. Les écoles en zones vertes (vigilance) ou jaunes (préalerte) peuvent redémarrer leurs activités. On parle pour l’instant de toutes les écoles du Québec, puisque 14 des 18 régions sociosanitaires de la province sont au vert, tandis que la Capitale-Nationale, l’Estrie, l’Outaouais et Laval restent en jaune.

Advenant le passage au niveau orange (alerte modérée) dans une région, les écoles de ce territoire devront revenir à la règle d’un seul groupe stable par élève, soit sa classe. Cela mettra un frein aux activités où des jeunes de plusieurs classes se côtoient.

De plus, tous les matchs ou rencontres interécoles, intercités ou interrégionales seront permis, tant qu’elles impliqueront des élèves provenant d’écoles situées en zones vertes ou jaunes.

Ce sera au personnel des écoles de s’assurer qu’un élève se limite à sa classe habituelle plus deux autres groupes stables.

Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge.

Comme ce fut le cas à plusieurs reprises depuis le début du déconfinement progressif orchestré par le gouvernement, un certain flou subsistait concernant les restrictions imposées et les choses permises, notamment en ce qui a trait à la limite de trois bulles pour chaque élève. Plusieurs courriels et messages ont d’ailleurs été échangés entre des intervenants provenant des quatre coins de la province afin de s’assurer de bien interpréter ce concept, qui constitue vraisemblablement la pierre angulaire de cette reprise tant attendue.

Néanmoins, le coordonnateur des activités sportives au Séminaire Saint-Joseph à Trois-Rivières, Charles Hébert, se dit satisfait d’apprendre que chaque élève pourra faire partie de deux groupes stables en plus de son groupe-classe. De prime abord, il craignait que les équipes sportives qu’il coordonne ne puissent être composées d’élèves provenant d’un maximum de trois bulles-classes. Ce scénario aurait été très difficile à mettre en place selon lui.

«En secondaire 1, notre équipe de football est composée de joueurs provenant de cinq classes, sans compter ceux de secondaire 2 qui viennent se greffer», explique celui qui attendait cette annonce avant de lancer les activités des équipes de flat-football et de cross-country, deux autres disciplines d’automne. Depuis la rentrée, seulement les élèves-athlètes fréquentant la maison d’enseignement privée faisant partie des concentrations football, hockey et basketball pouvaient s’adonner à leur sport, car ils évoluent dans les mêmes classes-bulles.

La direction du Centre de service scolaire Chemin-du-Roy, anciennement la Commission scolaire du même nom, a quant à elle été avare de commentaires, comme ce fut généralement le cas depuis le début de la présente année scolaire.

Il n’a notamment pas été possible de s’entretenir avec la responsable des programmes sport-études à l’Académie Les Estacades, Luce Mongrain, cette dernière étant absente du bureau vendredi.

La porte-parole de la nouvelle entité, Anne-Marie Bellerose, a simplement déclaré que son organisation était heureuse de cette annonce, mais qu’elle préférait s’assurer de tout mettre en place afin de respecter les règles émises avant de faire plus de commentaires sur le sujet.

Bonne nouvelle, surtout pour les jeunes

Comme leurs dirigeants, les entraîneurs et responsables des différentes activités accueillent à bras ouverts cette nouvelle. C’est notamment le cas de l’entraîneur-chef de l’équipe juvénile de football du Vert et Or du Séminaire Saint-Joseph, Hugo Gélinas. Bien qu’il se dise soulagé de retourner bientôt sur les lignes de côté dans un contexte quasi normal, il tient à préciser qu’il est surtout heureux pour ses protégés.

«Si nous n’avions pas eu de saison, j’aurais été déçu, mais je m’en serais remis. J’aurais cependant vraiment eu de la peine pour mes joueurs, notamment mes finissants. Je suis donc vraiment content pour eux. L’entraînement a très bien été à tous les niveaux pendant l’été et nous avions commencé à pratiquer depuis déjà une semaine et demie lorsque ç’a été annoncé qu’on ne pouvait plus rien faire. Le moral des gars était à terre. On ne se cachera pas que des gars de foot, ce sont des jeunes qui ont besoin de bouger. S’ils ne bougent pas, ce n’est pas parfait pour eux à l’école. Ça va faire du bien à tout le monde que ça reprenne», mentionne l’entraîneur.

Selon le plan présenté, les activités de la Ligue de football scolaire du Québec se mettront finalement en branle le 25 septembre prochain. Afin de limiter les déplacements interrégionaux, les équipes évoluant en division 1A et 1B ont été regroupées en trois sections selon leur positionnement territorial. L’Académie des Estacades et le Séminaire Saint-Joseph forment la section sud-ouest avec une institution de Sherbrooke, deux de Montréal et une de Longueuil.

Avec la collaboration du Soleil