Reprise des activités: les Cataractes inquiets

Trois-Rivières — Les commentaires de Gilles Courteau, publiés dans La Presse lundi sous la plume d’Alexandre Pratt, ont fait sursauter sur la planète LHJMQ. Surtout ceux concernant l’un des scénarios sur sa table pour la reprise des activités… en janvier 2021.

Chez les Cataractes, reconnus comme le modèle à copier pour les clubs de petits marchés, on ne cache plus une inquiétude certaine devant les défis qui se poseront devant le hockey junior, après cette crise sans précédent.

«Le commissaire a présenté plusieurs scénarios. La vérité, c’est que personne ne sait quand la roue pourra recommencer à tourner. Les scénarios de la ligue oscillent entre septembre et janvier, disons que la marge de manœuvre est assez grande», fait d’abord valoir le président des Cataractes Roger Lavergne. «Maintenant, ce qui est clair, c’est que peu importe quand ça va recommencer, certaines choses seront différentes. Ça ne sera pas évident.»

Malgré tous leurs succès depuis une décennie, Lavergne assure que les Cataractes sont loin de rouler sur l’or. «Nous sommes une petite équipe de passionnés. Nous sommes fiers de ce que nous faisons. Mais la réalité du hockey junior étant ce qu’elle est, avec les budgets d’opération qui vont avec, nous restons une concession fragile qui n’a joué que deux rondes de séries au cours des quatre dernières années. La marge de manœuvre est mince dans ce temps-là», confie-t-il. «Ça, c’était la situation avant la COVID-19. Nous aurons plus que jamais besoin de la mobilisation du milieu quand ce sera derrière nous…»

Lavergne ajoute que les Cataractes ne sont pas trop inquiets du soutien des fans de hockey. Depuis le déménagement au Centre Gervais Auto, ils répondent présents. La plus vieille concession de la LHJMQ franchit, bon an mal an, le plateau des 100 000 spectateurs. La problématique sera du côté des commandites. «Il y a des petites et des moyennes entreprises qui souffrent énormément en ce moment dans notre milieu. Combien pourront encore supporter leur équipe junior? Plus ça se prolonge, plus ça s’annonce difficile. C’est un volet qui est très préoccupant. Espérons pour tout le monde que la société sera en mesure de reprendre ses activités le plus rapidement possible», lance-t-il. «Du côté de notre ligue, il y aussi des dossiers à régler rapidement. Je pense notamment au repêchage. Occupons-nous du présent, puis on planchera sur le futur.»