Rémi Doucet a dirigé d’excellentes cuvées dans le baseball mineur ces dernières années. Il aura la chance de renouer avec plusieurs de ces joueurs avec les Aigles juniors, à compter du printemps, alors qu’il effectue un retour avec l’équipe, cinq ans plus tard.

Rémi Doucet: un retour pour la fierté

TROIS-RIVIÈRES — Témoin privilégié des succès encourus par la relève du baseball mineur depuis quatre ans, Rémi Doucet ne pouvait refuser l’opportunité de renouer avec ses anciennes amours. Les Aigles juniors qu’il retrouve, après une absence de quatre saisons, c’est un peu les cuvées qu’il a développées lui-même dans les rangs inférieurs.

Poursuivre le plan de développement amorcé avec les Aigles AA: voilà l’objectif que se fixe ce pédagogue du baseball pour son retour à la barre de l’équipe.

«Beaucoup de gens ont travaillé à établir une structure du baseball compétitive en Mauricie et maintenant, les fruits sont mûrs. Les jeunes s’en viennent et je veux participer à ça.»

Doucet travaillera avec le nouveau directeur général Mike Lachance, qu’il connaît bien, un autre qui a gravité dans la structure des Aigles AA. Steeve Ager le secondera comme adjoint.

Belle feuille de route

À l’automne 2015, quand il a annoncé son départ des Aigles juniors, Rémi Doucet avait fondu en larmes durant la conférence de presse. Pas facile de quitter une organisation pour laquelle on a donné plus de 10 ans de sa vie, surtout quand les succès sont présents. Cet été-là, les Trifluviens avaient collé 32 victoires consécutives, un record.

Jean-Philippe Lemay lui a succédé, mais Doucet a poursuivi son implication dans le baseball d’une autre façon. Il a gagné deux fois les championnats provinciaux (moustique et pee-wee), guidant ses troupes vers le championnat canadien.

Identité

La médaille d’or remportée par la Mauricie aux Jeux du Québec en 2016 représente un autre de ses faits d’armes. Aujourd’hui, les gars de cette cuvée ont 18 ou 19 ans. Bref, des joueurs du junior élite québécois.

«On veut ramener une identité régionale et un sentiment de fierté chez les juniors. À l’époque où je dirigeais, il y avait peu de joueurs de l’extérieur chez les Aigles juniors. On a un bassin assez compétitif en Mauricie pour revenir à ça. Une excellente relève cogne à la porte, c’est elle qu’on devra former.»


« On veut ramener une identité régionale et un sentiment de fierté chez les juniors »
Rémi Doucet

Une première rencontre d’équipe est prévue en fin de semaine. Un entraînement léger au cours duquel Doucet pourra se faire une première idée de ce qu’il a sous la main.

«C’est une page blanche, on devra se donner du temps. Je veux éviter les idées préconçues et les réputations. Pour les joueurs, c’est une belle occasion de se faire valoir.»

Doucet sait aussi que les temps ont changé dans le monde du baseball québécois.

«Les gars veulent toujours autant gagner qu’avant, sauf qu’ils souhaitent surtout se développer. Ils sont de plus en plus nombreux à viser les collèges américains et les niveaux plus élevés. C’est une réalité et on devra la prendre en considération.»

L’ajustement du calendrier dans la Ligue de baseball junior élite du Québec a constitué un autre incitatif pour lui redonner le goût de s’impliquer. «Il y a 38 matchs en saison, c’est moins qu’avant! Les séries commencent plus tôt, donc la saison finit plus tôt. Ça devient plus intéressant pour la gestion de l’horaire», de spécifier l’animateur à la vie étudiante au Collège Marie-de-l’Incarnation.