Carey Price n’est plus l’ombre de lui-même par les temps qui courent...

Redondant

COMMENTAIRE / Carey Price a changé la couleur de ses jambières, mais rien n’y a fait. On cherche encore le gardien au lucratif contrat et la tendance s’alourdit: depuis qu’il a blanchi Boston, il affiche un terrible taux d’efficacité de ,854.

Il est difficile, en revoyant le but gagnant, de ne pas blâmer Price. L’équipe devant lui avait pourtant inscrit cinq buts, dont le dernier en désavantage numérique, l’œuvre d’un plombier de surcroît.

On demandait à Price de limiter les dégâts en troisième période. Il a réalisé quelques beaux arrêts et a même privé Jason Pominville d’un but dans la dernière minute. Le hic, c’est qu’il a joué au père Noël plus tard face à Rasmus Ristolainen. Il aurait pu se garder une petite gêne, la mi-novembre n’est pas encore passée!

Non, l’homme de 10,5 M$ ne méritait pas les railleries lancées par certains partisans, probablement frustrés ou éméchés, en début de rencontre.

Ce genre de provocation ne finit jamais bien dans un marché explosif comme celui de Montréal. Ceci dit, il a très mal paru sur au moins trois buts. Il a laissé un juteux retour dans l’enclave sur le deuxième des Sabres et n’a pas bougé sur le quatrième, après que la rondelle ait frappé le poteau. Un joueur de sa stature doit se montrer plus alerte.

Sans vouloir excuser la PME devant le filet du Canadien, ses défenseurs n’ont pas brillé par leur efficacité. Jordie Benn et Jeff Petry se sont «démarqués» à ce chapitre, en accordant trop d’espace aux attaquants des Sabres.

On a hâte au retour de Shea Weber. Le capitaine ne réglera pas tous les problèmes et il ne pourra arrêter les rondelles à la place de Price, mais sa présence aura au moins l’effet de stabiliser les joueurs à la ligne bleue... et de les recentrer dans leur rôle respectif. Ou presque.

Parmi les bons coups, il faut souligner la fougue de Charles Hudon, qui a semblé réveiller Matthew Peca. Le but marqué par Deslauriers lui fera aussi le plus grand bien. Dommage, ça aurait pu représenter le filet de la victoire.

Et que dire de Max Domi! On lui souhaite d’être animé par la même fougue face aux Golden Knights de Max Pacioretty, samedi au Centre Bell.