Raphaël Gladu
Raphaël Gladu

Raphaël Gladu honoré par son alma mater

Trois-Rivières — L’équipe de baseball de l’Université Louisiana Tech et ses partisans n’ont pas oublié Raphaël Gladu. Le joueur des Aigles de Trois-Rivières a été nommé au sein de l’équipe d’étoiles de la décennie de cette formation de la NCAA, qui évolue dans la première division aux États-Unis.

Douze anciens porte-couleurs ont été retenus, dont neuf joueurs de position, incluant Gladu. Quelque 3500 personnes ont participé au vote.

Le voltigeur des Oiseaux a évolué pour les Bulldogs en 2016 et 2017. Lors de sa dernière année, il avait épaté avec une moyenne au bâton de ,378 et 55 points produits. Cette saison ponctuée de succès allait lui permettre d’être sélectionné en 16e ronde du repêchage du Baseball majeur, par les Mets de New York.

«C’est un bel honneur. Je dirais que c’est l’équipe avec laquelle j’ai eu le plus de plaisir pendant toute ma carrière. On affrontait de gros programmes, j’ai eu la chance d’avoir une bonne visibilité auprès des recruteurs. Disons que cette annonce me donne encore plus le goût de recommencer à jouer au baseball!»

En attendant les mesures de déconfinement relatives aux événements sportifs professionnels – il espère encore pouvoir porter l’uniforme des Aigles cette année – Gladu continue à s’entraîner chez lui et à faire bouger les jeunes de l’Académie les Aigles, grâce à des vidéos. Il complète aussi ses cours de première année en kinésiologie en ligne, à l’UQTR.

«J’espère encore que nous pourrons jouer dans la Ligue Frontière. Mon objectif principal, c’est d’être avec les Aigles, mais si ça devenait impossible d’avoir une saison, je me tournerais peut-être vers le senior élite avec les Cascades de Shawinigan.»

Les Aigles toujours confiants

Le président de la franchise trifluvienne de baseball, Paul Poisson, demeure confiant qu’il y aura du baseball au Stade Quillorama cet été. Sous quelle formule? Ça reste à voir.

«Chaque semaine, on s’entretient avec les instances de la Ligue Frontière et tous les présidents des équipes. Nous sommes encore déterminés à avoir une saison. En ce moment, on planche sur un calendrier de 60 ou 66 matchs.»

Le mois de mai sera important pour le baseball indépendant. On ignore à quoi ressemblera l’état de la situation au sud de la frontière. «Les États n’appliquent pas les mêmes mesures de déconfinement. On a ciblé le 1er juin comme une possible date d’échéance pour en venir à une décision.»

Poisson se dit toujours confiant de pouvoir aménager le stade en respectant la distanciation physique. Si les frontières devaient rester fermées, les Aigles et les Capitales de Québec plancheraient sur un plan B... voire un plan C.

«On pense qu’on pourrait organiser du baseball de qualité en restant au Canada, si on peut nous déplacer entre régions. Il y aurait peut-être une possibilité de regarder du côté de la Ligue Intercounty, en Ontario. Nous avons une bonne liste de joueurs canadiens qui pourraient être disponibles, advenant le prolongement de la fermeture des frontières. Vraiment, on étudie beaucoup d’options.»