Raphaël Gladu.

Raphaël Gladu est en feu

Raphaël Gladu pouvait difficilement choisir un meilleur moment pour livrer son meilleur baseball en carrière. Le Trifluvien connaît une incroyable séquence à ses 20 derniers matchs dans l'uniforme des Bulldogs de Lousiana Tech.
Les statistiques du voltigeur parlent d'elles-mêmes. Une seule fois lors de ces 20 matchs a-t-il été blanchi au bâton. C'était le 15 avril face à l'Université Old Dominion. Depuis, il a récolté au moins un coup sûr lors des 12 rencontres suivantes. Sa moyenne au bâton est de ,483 depuis le 1er avril, en plus d'avoir marqué 26 fois et produit 20 points en 87 apparitions à la plaque.
«Ça va bien. En plus, je frappe avec de la puissance, je ne fais pas que des simples. J'ai aussi sept circuits. Je suis content», se réjouit Gladu, rejoint en Louisiane.
Plus la saison avance dans la division 1 de la NCAA et plus Gladu connaît du succès. La preuve, c'est qu'il a amassé 8 coups sûrs en 13 présences au bâton ce week-end face à Florida International (FIU) - dont une soirée où il a été cinq en six et une autre où il a produit tous les points de son équipe. Une performance à ce point impressionnante qu'il a été nommé le frappeur de la semaine de la Conference USA, dans laquelle évolue Louisiana Tech.
Grâce à cette heureuse séquence, Gladu est maintenant un des meneurs dans les statistiques au sein de cette association, que ce soit pour sa moyenne au bâton de ,374 (5e), ses 54 points marqués (2e) et ses 73 coups sûrs (3e).
Des chiffres qui pourraient être encore plus avantageux, n'eût été son début de saison, plutôt décevant. Aux prises avec une léthargie qui avait fait chuter sa moyenne au bâton sous les ,250, l'athlète de 22 ans savait qu'il était capable de beaucoup mieux, comme il l'avait fait en 2016.
«Je ne sais pas pourquoi ça va si bien présentement, parce que je n'ai rien changé à ma façon de jouer. Je pense que je suis en confiance. Au début de la saison, mon entraîneur m'a dit que même si j'étais 0 en 50 au bâton, que j'allais continuer d'être dans l'alignement partant et qu'il ne fallait pas me mettre de pression et tenter de tenir le club sur mes épaules. Ça m'a aidé.»
À sa dernière année universitaire, les récents succès offensifs du Trifluvien ne pouvaient arriver à un meilleur moment, alors qu'il est dans l'oeil de plusieurs recruteurs en vue du repêchage des Ligues majeures qui aura lieu en juin. Gladu dit d'ailleurs sentir que l'intérêt à son endroit est en hausse, mais préfère ne pas y porter attention, ce qu'il fait aussi au sujet de ses statistiques offensives.
«Ce que je sens, c'est que je peux avoir une mauvaise partie et que ce ne sera pas grave. Je ne fais rien de différent de l'an passé, mais avec l'expérience, je sais à quoi m'attendre et je ne suis plus fâché quand ça ne va pas comme je le veux.»
Avec sept matchs à faire à la saison régulière, Gladu tentera de maintenir sa séquence de 12 parties avec un coup sûr en vie le plus longtemps possible. Louisiana Tech est à la porte du top-30 des classements de la NCAA et devrait logiquement participer au tournoi régional afin d'obtenir une place aux Séries mondiales universitaires, où les recruteurs seront nombreux.