L’ex-champion du monde Bermane Stiverne se laisserait-il tenter s’il reçoit un coup de fil de son ancien promoteur?

Qu’est-ce qui attend le Grizzly?

ANALYSE / Simon Kean n’aura pas trop le temps de savourer sa spectaculaire victoire aux dépens d’Adam Braidwood, samedi au Centre Gervais Auto. Il va prendre quelques semaines de repos pour soigner sa main droite qu’il a amochée en cognant sur l’ex-joueur de football, puis il reprendra le boulot au gymnase. Les plans de son patron Camille Estephan sont de le ramener dans le ring dès septembre, puis en décembre.

Kean ne cesse de grimper en popularité. Sa fiche est immaculée. Estephan le voit comme un top 10 mondial, mais il a promis de lui permettre de continuer à parfaire son art avant de le parachuter dans les ligues majeures.

Voici donc quelques options à sa disposition pour ses prochaines sorties.

Mladen Miljas
C’est le champion canadien. À la surprise générale, il a détrôné Dillon Carman en décembre dernier. L’Ontarien ne s’est pas battu depuis. Il n’a pas de promoteur, il cherche à aller aux États-Unis et il attend la bonne occasion.

Il y a quelques semaines, Eye of the Tiger a tenté de le mettre sous contrat, sans succès.

Reste que Kean a ouvertement exprimé son désir de se mesurer à lui dans les minutes qui ont suivi son affrontement avec Braidwood.

Ce serait vendeur, Miljas a sensiblement le même physique herculéen que le Trifluvien. Il est invaincu en huit combats, et il a passé le K.-O. à chacun de ses rivaux.

Il n’a pas non plus la langue dans sa poche. Même s’il a refusé plusieurs fois les demandes d’entrevues du Nouvelliste, il n’a pas mâché ses mots sur les médias sociaux dimanche.

«Eye of the Tiger m’a offert 1000$ pour une semaine de sparring avec Kean, puis une entente de trois ans pour gérer ma carrière. C’était ridicule. Quand ils voudront réellement parler affaires, on pourra le faire. (…) Je cours après les titres mondiaux, je veux me battre sur les plus grandes scènes. Je ne boxe pas pour des pinottes, je me bats pour laisser un héritage et pour sécuriser l’avenir de ma famille.»

Estephan n’a pas caché qu’il reviendrait à la charge avec le clan Miljas. On peut croire que c’est le plan A.

Bermane Stiverne
Camille Estephan le connaît bien, il a amené ce Montréalais jusqu’au championnat du monde WBC! La carrière de Stiverne est toutefois en chute libre depuis ce jour de gloire en 2014. Il n’a livré que trois combats en quatre ans. Il a perdu son titre aux mains de Deontay Wilder, résistant quand même à ses attaques pendant 12 rounds. Puis, il a battu l’obscur Derrick Rossy par décision, avant de se faire carrément détruire par Wilder lors du match revanche en novembre dernier.

Parce que ses droits appartiennent à GYM, il serait étonnant qu’Oscar Rivas soit invité à se mesurer à Simon Kean à court terme.

À sa décharge par contre, Stiverne a pris ce combat à quelques semaines d’avis. Il n’avait pas l’air très bien préparé quand il est apparu sur le ring. Face à un boucher comme Wilder, ça ne pardonne pas!

Celui qui réside maintenant à Vegas a dit après le combat qu’il n’envisageait pas la retraite. Il a 39 ans, et son inactivité le rend certainement attrayant pour un jeune loup comme Kean qui veut faire parler de lui. Un Stiverne-Kean, bien vendu, peut peut-être attirer 10 000 personnes au Québec…

Trey Lippe Morrison
L’automne dernier, les Cataractes et Eye of the Tiger Management ont tenté de l’attirer à Shawinigan. L’Américain soignait alors une blessure, son clan a exprimé de l’intérêt pour un combat quand Lippe Morrison allait sortir de l’infirmerie.

Voilà qui est fait. Il est revenu en mars, il doit se rebattre à la fin du mois dans son patelin, en Oklahoma. Lippe Morrison a une fiche comparable à Kean. 14 victoires en autant de sorties. 14 K.-O. Il y a bien quelques jambons dans le lot mais comme le Trifluvien, il a passé quelques tests avec succès.

Il y a plusieurs Américains avec un palmarès du genre. Mais la particularité avec Lippe Morrison, c’est qu’il est le fils de l’ex-champion du monde Tommy Morrison. Ce nom vous dit quelque chose, hein? Normal, il a joué le poulain de Sylvester Stallone au grand écrant dans Rocky V!

Donc, Lippe Morrison pique la curiosité. En prime, il est très offensif, il n’a jamais dépassé un quatrième round. Feu d’artifices garanti!

Gerald Washington
Il a été monté comme un espoir américain de premier plan. Il a eu sa chance en championnat du monde l’an dernier, Deontay Wilder l’a liquidé en cinq rounds. Il a perdu aussi son combat de retour mais il vient de renouer avec la victoire la semaine dernière.

Un combat face à un boxeur aussi redoutable placerait Kean bien en vue sur l’échiquier nord-américain.

Washington a goûté à quelques combats payants, il est clair qu’il ne viendrait pas au Québec sans une bourse alléchante. Mais bon, une victoire face à un type aussi coriace permettrait à Kean de grimper rapidement. Un placement qui pourrait être payant…

Est-ce trop tôt pour Kean, un affrontement du genre? Si Estephan a raison, et que Kean doit être considéré comme un top 10 mondial, la réponse est non.

Oscar Rivas
C’est un naturel comme rivalité. Il est établi à Montréal, il est invaincu en 24 sorties chez les lourds. Il est petit pour cette division, mais il a quand même de la puissance et une intelligence sur le ring qui est supérieure à la moyenne.

Sur papier, ça s’annonce explosif et palpitant. Mais dans les faits, ce serait surprenant que ça se matérialise. La carrière de Rivas passe par GYM. Or, même s’ils se gardent bien de le déclarer en public, ce n’est pas un grand secret d’état qu’Yvon Michel et Camille Estephan ne peuvent se blairer. La base de fans de Rivas est très petite malgré son talent, Kean vend maintenant des milliers de billets. EOTM n’a donc aucune raison de tendre la main à GYM, qui nage fort en ce moment pour garder la tête hors de l’eau.

Le jour où Rivas amènera lui aussi des revenus et que le combat pourra remplir le Centre Bell, peut-être qu’Estephan se laissera tenter. En attendant, Rivas et Kean vont se contenter vraisemblablement d’être des partenaires d’entraînement!