Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Alexanne Marchand, Florence Sigmen, Élizabeth Boivin et Élodie Chartier participeront toutes au premier camp d’entraînement d’Équipe Québec élite M18, une première étape avant les sélections pour les Jeux du Canada de 2022.
Alexanne Marchand, Florence Sigmen, Élizabeth Boivin et Élodie Chartier participeront toutes au premier camp d’entraînement d’Équipe Québec élite M18, une première étape avant les sélections pour les Jeux du Canada de 2022.

Quatre Trifluviennes parmi l’élite du volleyball au Québec

Louis-Simon Gauthier
Louis-Simon Gauthier
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Volleyball Québec commence à préparer le terrain en vue des Jeux du Canada de 2022. Dans les derniers jours, la fédération a publié sa liste de 18 joueuses du programme élite pour les deux prochaines années. Pas moins de quatre volleyeuses de Trois-Rivières en font partie.

Élizabeth Boivin (attaquante), Élodie Chartier (centre), Alexanne Marchand (libéro) et Florence Sigmen (passeuse) ont toutes été retenues pour participer à un camp intensif de quatre semaines cet été, à Lévis.

Quatre joueuses de la Mauricie sélectionnées dans la même cuvée, c’est du jamais vu. Il faut savoir qu’au cours des cinq dernières années, la région a placé deux filles sur ce groupe élite, réservé aux meilleures joueuses de moins de 18 ans.

«En tant qu’étudiantes-athlètes, nous n’avons pas reçu beaucoup de bonnes nouvelles depuis 15 mois, alors ça fait du bien», sourit Florence Sigmen. «On aurait été contentes qu’une fille se qualifie pour le camp. De se retrouver les quatre là-bas, c’est vraiment super!»

Cette étape importante marque le début du processus de sélection menant aux Jeux du Canada, qui seront organisés l’an prochain dans la région de Niagara. Nos quatre représentantes étudient aux Estacades en Sport-études. Dans le sport civil, elles sont aussi membres du club de l’Attaque Mauricie.

Comme les 14 autres joueuses choisies par l’entraîneur-chef d’Équipe Québec Louis-Michel Bergeron, elles ont dû se plier à des tests virtuels avant d’être admises sur le programme d’élite. «Juste d’avoir eu la chance de pouvoir nous entraîner, on se considère chanceuses. Ce n’était pas le cas pour toutes les écoles, car les activités parascolaires étaient interdites sauf dans les concentrations sportives.»

En Sport-études, les filles ont donc pu s’exercer presque chaque jour, mais le passage en zone rouge fut pénible.

«À un certain moment, on s’entraînait sans ballon! Au retour des Fêtes, ça n’a pas été évident, on trouvait parfois le temps long. C’est pour ça que c’est doublement satisfaisant d’être retenues sur l’équipe, d’avoir des objectifs plus précis.»

Plus d’une centaine de joueuses à travers la province se retrouvaient en liste afin d’intégrer le groupe des 18. On comprend les Estacades et l’Attaque d’être fiers de la ténacité de leurs quatre porte-couleurs.

Boivin, Chartier, Marchand et Sigmen entreprendront le camp d’entraînement avec Équipe Québec le 26 juin.