Max Domi s'est défoulé sur le défenseur Quinn Hughes mardi au Centre Bell lors du match contre les Canucks de Vancouver.

Quand Max est heureux...

COMMENTAIRE / Il ne sera jamais le joueur le plus talentueux.

Il risque de faire d’autres erreurs, prendre des pénalités stupides.

Sauf que si Max Domi garde sa baboune chez lui et laisse son orgueil de côté, aucun partisan ne voudra l’échanger à la date limite des transactions, dans les années futures, surtout s’il joue comme mardi.

Le Domi qu’on a vu contre Vancouver ressemble à celui de la saison passée. Celui qui va dans les zones de turbulence près du gardien, qui n’essaie pas de trop en faire, conscient qu’il a un talent limité pour lire le jeu.

C’est un gars qui, souvent, ne se casse pas trop la tête: diriger des rondelles au filet, miser sur les gars plus talentueux autour de lui, animer le banc des siens grâce à son enthousiasme. Ce sont des atouts précieux, surtout au sein d’une jeune équipe fragile comme le CH.

Ce Domi, vous voudriez broder son nom à l’arrière de votre chandail tricolore, tellement il est impliqué.

Un message?

Quelques heures après avoir reçu un vote de confiance de son directeur général, Domi a disputé l’une de ses meilleures rencontres de la saison.

Est-ce que c’est un message qu’il envoie?

Si oui, c’est déjà une bonne chose pour préparer la prochaine campagne.

Malgré tout, c’est une soirée qui se termine en queue de poisson pour le numéro 13. C’est symptomatique de cette difficile campagne par le Canadien.

Perdre une avance de deux buts, puis d’un but en troisième période, ça devait mettre la table à une courte prolongation vraiment compliquée pour le trio Max Domi-Jeff Petry-Paul Byron. Les trois n’ont même pas été en mesure d’effectuer un changement, avant que les Canucks ne complètent la remontée. On a souvent écrit ça cette saison, non?

En passant, on a hâte de revoir le Jonathan Drouin de l’automne. Outre les chances gaspillées, c’est carrément une baisse d’intensité qui semble être en cause ici.