Déjà une quinzaine de recrues ont signifié leur intention de se joindre aux Diablos la saison prochaine, au grand bonheur de l’entraîneur François Dussault.

Quand le talent local va, tout va!

Trois-Rivières – À son arrivée à la barre des Diablos football, en février 2016, François Dussault avait fait de la rétention du talent local son principal cheval de bataille afin de bâtir une équipe compétitive. Deux ans plus tard, le travail abattu par le pilote de 34 ans porte ses fruits et l’édition 2018 s’annonce très prometteuse.

L’an dernier, à pareille date, les Diablos avaient réussi à attirer dans leur cour deux des trois meilleurs joueurs de la région, selon leur évaluation. Cette année, la cuvée apparaissait encore plus intéressante et les Rouges ont convaincu sept des neuf meilleurs espoirs, toujours selon leur évaluation, à joindre les rangs trifluviens. «La priorité, c’est de garder le talent local ici. La saison passée, les deux blue chips qui sont venus chez nous sont devenus notre quart-arrière partant (Charles Cossette) et notre meneur pour les plaqués (Félix Simoneau). Alors, cette fois, on triple la rentrée de talent dans notre formation. On a déjà 15 joueurs qui sont engagés envers les Diablos. C’est très positif.»

Parmi les jeunes prometteurs, on retrouve, entre autres, le demi défensif Alex Auger (Estacades) et les joueurs de ligne offensive Alexandre Letendre (Estacades), Henri Beaumier (Pionniers) et Alassane Fall (Pionniers).

Au-delà du sentiment d’appartenance régional, François Dussault raconte qu’il doit parfois faire comprendre aux jeunes joueurs la qualité du programme de football offert au Cégep de Trois-Rivières. «Dans le recrutement, c’est souvent véhiculé qu’il faut jouer en première division pour pouvoir accéder au réseau universitaire par la suite, ce qui est loin d’être le cas. C’est à nous de leur expliquer qu’il est possible de continuer à jouer après le collégial, même en jouant en division 2 ou division 3.»

En plus de ce groupe de recrues, les Diablos pourront aussi compter sur le retour au jeu d’Alexis Daigneault, un ancien porteur de ballon étoile de l’Académie les Estacades qui a disputé une saison en première division avec le Notre-Dame de Notre-Dame-de-Foy. Il s’était ensuite joint aux Diablos au printemps 2016, l’instant de quelques entraînements, avant de poursuivre ses études dans un autre établissement.

Cependant, la passion du football l’a rattrapé comme le laisse entendre l’entraîneur Dussault. «Il s’ennuyait du football et on l’accueille à bras ouverts. C’est tellement un athlète naturel qu’il va maintenant donner un bon coup de main en défensive.»

De son côté, après un passage avec les Faucons du Cégep Lévis-Lauzon en division 1, le secondeur Jordan Falardeau rentre au bercail au grand plaisir du pilote des Rouges.

Bien conscient qu’il aura sous la main un alignement fort talentueux la saison prochaine, François Dussault se méfie lorsqu’il parle des attentes. «La première étape, c’est de greffer du talent au groupe et notre recrutement est très positif en ce sens. Par contre, ce n’est pas parce que tu as une paire d’as que le succès est assuré pour autant! Ensuite, c’est à nous de préparer l’équipe de la meilleure façon. Mais à ce stade-ci de l’année, disons que ça augure bien», mentionne celui qui a pu compter sur la présence de 83 joueurs à son premier entraînement hivernal le week-end dernier.

unE filière française en gestation?
Dussault ne s’est pas limité à recruter des joueurs, il a aussi ajouté deux entraîneurs à son groupe avec Samuel Provencher, en défensive, et son frère, Jean-Michel Dussault, en offensive.

En plus, les Diablos misent maintenant sur un recruteur en France, Éric Penot. Ce dernier pourrait venir bonifier la délégation française au sein des Diablos au cours des prochaines années. Après le joueur de ligne défensive Michaël Bournet la saison dernière, le receveur de passes William Kisuka sera le deuxième joueur en provenance de l’Hexagone dans l’alignement trifluvien à l’automne 2018.