Les JO en bref

LES QUÉBÉCOIS EN ACTION

- Dimanche

Ski acrobatique, finales bosses, 5h30* : Chloé et Justine Dufour-Lapointe (Montréal), Audrey Robichaud (Val-Bélair)

Hockey féminin, Canada contre Athlètes olympiques de Russie, 7h10 : Mélodie Daoust (Valleyfield), Ann-Renée Desbiens (La Malbaie), Marie-Philip Poulin (Beauceville), Lauriane Rougeau (Beaconsfield)

Snowboard, finale slopestyle femmes, 20h : Laurie Blouin (Stoneham)

Snowboard, qualifications demi-lune, 23h30 : Elizabeth Hosking (Longueuil)

*heure du Québec

***

LE TABLEAU DES MÉDAILLES

Pour visionner le tableau des médailles en temps réel, cliquez ici.

***

Mikaela Shiffrin est à PyeongChang pour faire le plein de médailles.

EN VEDETTE

Objectif cinq ou six chaussettes! Si les conditions le permettent, c’est dimanche (20h15) que Mikaela Shiffrin va amorcer sa quête de cinq ou six médailles olympiques lors du slalom géant. L’Américaine de 22 ans pourrait rapporter dans le Colorado les titres du slalom, du slalom géant, du super-G, de la descente, du combiné et de l’épreuve par équipes. «J’aimerais tout faire. Nous étudions avec les entraîneurs toutes les possibilités. Mais je ne sais pas si j’aurais l’énergie de tout faire. Maintenant, je me concentre sur le slalom géant et le slalom, et après ça, je verrai pour la vitesse», a indiqué la plus jeune championne olympique de l’histoire du slalom, à 18 ans et 345 jours. C’est aussi à Sotchi qu’elle avait appris à mettre ses médailles... dans des chaussettes. «J’ai entendu avant Sotchi que c’était un bon endroit pour conserver sa médaille, parce que c’est à peu près sûr et facile à ranger», a expliqué Shiffrin, samedi.  «Mais je ne vais pas vous dire où elles sont précisément, au cas où vous voudriez entrer chez moi pour les voler!» Vainqueur du gros Globe de cristal en 2017, Shiffrin aborde le rendez-vous olympique dans une grande forme. «Je me sens bien. J’aime beaucoup les conditions ici. L’entraînement s’est bien passé, je suis prête», a assuré celle qui compte déjà 41 victoires en Coupe du monde, dont 30 en slalom.  AFP

***

BLOUIN A LE FEU VERT!

Après plusieurs jours d’incertitude, la planchiste Laurie Blouin a finalement participé à la qualification de l’épreuve de slopestyle, qui suivait la finale masculine dimanche midi (nuit de samedi à dimanche, heure du Québec). Sa présence en piste était douteuse depuis quelques jours en raison d’une violente chute à l’entraînement, vendredi, où elle avait été transportée à l’hôpital régional de l’endroit.

Selon l’attaché de presse de l’équipe canadienne de snowboard, Blouin a reçu le feu vert du personnel médical, expliquant que «des tests approfondis et une évaluation incluant un second avis ont révélé qu’elle ne ressentait aucun symptôme de sa blessure». De Québec, sa mère avait déjà révélé vendredi que sa fille n’avait subi qu’une entaille au visage et qu’elle serait des qualifications. Les 12 finalistes ont rendez-vous dimanche (20h, heure du Québec).  Carl Tardif

***

L'Allemande Laura Dahlmeier n'a laissé aucune chance à ses rivales au sprint de 7,5 km.

Biathlon : Dahlmeier survole le sprint

Impressionnante Laura Dahlmeier : la tenante de la Coupe du monde a survolé samedi l’épreuve inaugurale de biathlon des JO-2018 en remportant le sprint, son premier titre olympique, malgré des conditions météorologiques délicates et un vent terrible.

Malgré une saison en dents de scie (deux succès) après sa razzia de l’an passé (un gros Globe de cristal, 10 victoires en Coupe du monde, 5 titres aux Mondiaux-2017), l’Allemande de 24 ans s’est réveillée au meilleur moment pour inscrire pour la première fois son nom au palmarès olympique. 

Dahlmeier a été impériale en étant la seule favorite à s’en tirer avec un 10/10 à la carabine malgré les éléments contraires sur le pas de tir, à commencer par un blizzard à couper le souffle et à ne pas mettre une biathlète dehors.

À l’arrivée, elle devance la Norvégienne Marte Olsbu et la Tchèque Veronika Vitkova. Dahlmeier, férue de voyages, avait pourtant indiqué avant les Jeux se poser des questions sur la suite de sa carrière. Elle est restée assez évasive sur le sujet après sa victoire : «Je ne sais pas ce que je vais faire demain ou après les Jeux.»

Avant de parler retraite, elle aura dans le viseur une nouvelle moisson comme aux Mondiaux-2017. Mais la native de Garmisch-Partenkirchen a voulu la jouer modeste. «Rien n’est similaire à l’année dernière, aujourd’hui, c’était la course parfaite. On verra pour la suite.»  AFP