Les Jeux en bref

Les Québécois en action jeudi

Ski acrobatique, qualifications, bosses 20h, heure du Québec : Chloé et Justine Dufour-Lapointe (Montréal), Audrey Robichaud (Val-Bélair), Marc-Antoine Gagnon (Terrebonne), Mikaël Kingsbury (Deux-Montagnes), Philippe Marquis (Québec)

***

Pas de Galaxy Note 8 pour les Iraniens et les Nord-Coréens

Le géant sud-coréen Samsung Electronics, commanditaire des JO, a fait don de 4000 exemplaires de «l’édition olympique» de son appareil phare, le Galaxy Note 8, pour qu’ils soient distribués gracieusement aux athlètes et responsables du Comité international olympique. Mais les athlètes nord-coréens et iraniens n’auront pas droit à ce cadeau «à cause des sanctions de l’ONU en vigueur» contre les deux pays, a expliqué une porte-parole du Comité organisateur des JO de PyeongChang. Ces téléphones se vendent aux alentours d’un million de wons sud-coréens (environ 1150 $CAN) et pourraient entrer dans la catégorie des marchandises de luxe interdites par l’ONU. La Corée du Nord a envoyé 22 sportifs au Sud : 10 qui disputeront les Jeux sous la bannière de Pyongyang et 12 qui feront partie de l’équipe conjointe de hockey sur glace féminine.

***

Gare au norovirus

Des affiches éparpillées à travers les sites olympiques incitent à la plus grande prudence. Un millier de soldats ont été mobilisés en renfort. Des organisateurs inquiets ont demandé à 1200 personnes de rester dans leurs chambres. Après le Zika aux JO de Rio en 2016, c’est le norovirus qui inquiète la famille olympique en Corée du Sud. Cette maladie infectieuse commune, dont les symptômes déplaisants incluent la diarrhée et les vomissements, ne requiert aucun traitement médical. La plupart des victimes se rétablissent d’elles-mêmes après quelques jours. Aucun athlète ne figure parmi les 86 cas confirmés jusqu’à présent et les organisateurs font tout pour les préserver. Parmi les personnes malades, trois faisaient partie des équipes préparant les repas dans le village des médias. Or, l’eau et la nourriture sont deux des vecteurs de transmission principaux du norovirus.

***

De la grande visite : la sœur de Kim Jong-un

Autre nouvelle témoignant du réchauffement en cours entre les deux Corées : Kim Yo-Jong, la sœur du dictateur Kim Jong-un, fera partie de la délégation olympique nord-coréenne. De plus en plus visible au sein du leadership nord-coréen, la jeune trentenaire deviendra la première membre de la famille au pouvoir à Pyongyang à visiter la Corée du Sud depuis la fin de la guerre de 1950-1953. Des observateurs estiment que cette décision démontre que le Nord souhaite profiter des Jeux pour briser son isolement diplomatique, améliorer ses relations avec le Sud et possiblement se rapprocher des États-Unis. Kim Jong-un pourrait aussi avoir remarqué que Donald Trump enverra sa fille Ivanka aux cérémonies de clôture, et donc décidé de répliquer en envoyant sa sœur, a expliqué le politologue sud-coréen Hong Min. En envoyant une proche, «Kim Jong-un essaie peut-être de se présenter comme l’égal de Donald Trump».