Alex Bellemare

Bellemare content pour son ami

BOKWANG — Sur le bord de la clôture séparant l’aire d’arrivée de l’entourage des équipes, Alex Bellemare était sur le bout de ses pieds, téléphone intelligent à la main en train d’immortaliser le passage sur le podium de son ami.

«Écoute, c’est débile! ABM a eu mal toute la semaine, il n’avait pas trop d’attentes. Il a tellement bien skié, il a atterri ses trois descentes, et la deuxième était pratiquement parfaite. Ça l’a mis haut [au classement] assez longtemps, il est passé de deux à trois vers la fin, mais je pense qu’il ne va pas trop chialer. Tu ne dis pas non, même si c’est le bronze», confiait l’autre Alex de l’équipe canadienne de slopestyle.

Originaire de Saint-Boniface, il passe beaucoup de temps avec Beaulieu-Marchand à parcourir la «planète neige».

«Je le vois quasiment plus souvent que mon chien… Ça me touche beaucoup qu’il ait une médaille, même lui ne doit pas en revenir», ajoutait avec émotion celui qui a pris le 22e rang de la compétition.

Le médaillé de bronze avait aussi de bons mots pour Bellemare, qui a raté la finale. Leurs coéquipiers Teal Harle (5e) et Evan McEachran (6e) ont aussi bien fait dans cette journée folle. «Je pense qu’Alex s’est fait un peu voler, sinon, on aurait pu être quatre Canadiens en finale. Ç’a été une journée exceptionnelle pour le slopestyle canadien. En haut, j’ai dit à Teal Harle, «envoye mon homme, va me «bumper»… Il a répondu, je vais essayer. J’étais sûr que j’étais ‘’out’’lorsqu’il a atterri.»

Les Jeux sont terminés pour ces skieurs téméraires. Ils rêvent du jour où ils auront plus d’une épreuve olympique à se taper. Contrairement au snowboard, le Big Air en ski est absent de PyeongChang.

«Ce serait incroyable de voir le Big Air, mais aussi une épreuve de rampes. Pourquoi pas! Il y en aura sûrement plus pour la prochaine génération.»