Irvin Blais, originaire de Saint-Jogues en Gaspésie, se reconnaît dans Samuel Girard, originaire «d’une petite place».

Admiration mutuelle entre un chanteur country et Samuel Girard

GASPÉ — Le chanteur country Irvin Blais prévoit entonner un air avec le médaillé olympique Samuel Girard cet été à Ferland-et-Boilleau, le village d’origine de l’athlète. Les deux ont en commun leur amour du country et des «petites places». Et la musique de Blais pourrait avoir résonné dans les oreilles du patineur de vitesse peu avant ses 1000 mètres en or, samedi.

Irvin Blais a enregistré un message d’encouragement vidéo à Girard, avant son départ pour PyeongChang, le 16 janvier. «C’est les gens des petits villages qui ont fait qu’on a une grande province», y lance-t-il d’une voix enrouée.

En entrevue au Soleil, Irvin Blais explique son chat dans la gorge. «J’étais émotionnel, parce que c’est un gars qui vient d’une petite place. Il est parti de rien. Il allait s’entraîner à Chicoutimi. Il a fait beaucoup de sacrifices, il s’est expatrié.»

M. Blais vient de Saint-Jogues, en Gaspésie, un village où il reste moins de 100 habitants, mais qui en a déjà compté plus de 500. Il y retourne tous les étés, notamment pour se recueillir sur les tombes de ses grands-parents. La municipalité de Ferland-et-Boilleau, au Saguenay, compte 580 habitants.

M. Blais a été touché par la connexion de M. Girard avec sa famille, où il se reconnaît. «Je suis parti avec ma guitare, mes six cordes de métal. Je pense que j’ai réussi à passer à travers toutes les épreuves grâce à ma famille, à ma femme, qui étaient à mes côtés.»

«Je te demande pas de médaille, mais si tu peux en ramener une, on va la montrer au public», lançait M. Blais dans son message. Samedi matin, à son réveil, l’épouse de M. Blais lui a appris la nouvelle : «Notre Samuel vient de remporter l’or!»

La voix d’Irvin Blais s’enroue à nouveau quand il évoque le succès de Girard. «Je suis très ému», dit-il. «Là, il t’en parle et il a encore les yeux remplis d’eau», intervient sa femme, Michèle Pinette.

Pour la suite des Jeux, «je lui souhaite de la santé. Dans le sport, il y a des moments dangereux. Un coup de lame de patin peut briser ta carrière», dit M. Blais.

Affaire de famille

Girard est le conjoint de Kasandra Bradette, patineuse de vitesse elle aussi, de Saint-Félicien. C’est la tante de Kasandra, Vicky Trudel, une passionnée de country, qui a contacté Irvin Blais pour lui demander un message d’encouragement destiné au patineur. «Samuel est un gars proche de la terre, un gars de petit village. Une fois, j’avais mis une chanson d’Irvin Blais et Samuel savait toutes les paroles par cœur. Ça m’a surpris, c’est un jeune!»

Samuel écoute la musique de Blais «dans son pick-up Dodge Ram, c’est sûr», dit Mme Trudel. Il en écoute aussi dans des moments clés, si l’on en croit le message que le patineur a envoyé à M. Blais pour le remercier : «Je peux vous dire que l’artiste Irvin Blais jouera dans mes écouteurs avant mes courses, ça c’est certain!»

Le 14 juillet, Ferland-et-Boilleau recevra Irvin Blais pour les fêtes du 40e de la municipalité. «Je vais inviter Samuel à monter avec moi sur scène», promet Irvin Blais. «On se voit le 14 juillet dans mon petit village à Ferland-et-Boilleau!» a répondu Girard.