Stéphanie Roy (à droite) a savouré la troisième place au Ironman 70.3 de Raleigh.

Propulsée par la course à pied!

TROIS-RIVIÈRES – Contrainte à l’abandon à sa première sortie de la saison au Mexique, en mars, Stéphanie Roy est revenue en force ce week-end lors de l’épreuve Ironman 70.3 de Raleigh, en Caroline du Nord, en grimpant sur la troisième marche du podium.

Cette médaille de bronze, obtenue à l’arrachée, Roy la doit à une portion de 21,1 km de course tout simplement «monstrueuse», selon son entraîneur Pascal Dufresne.

L’an dernier, la Trifluvienne d’adoption avait savouré la victoire à Raleigh. Cette année, le peloton professionnel était fort relevé, notamment avec la présence de Meredith Kessler et Heather Jackson, respectivement première et deuxième ce week-end. En prime, Roy a dû surmonter une pénalité de cinq minutes imposée pour sillonnage lors du vélo qui lui a fait perdre de précieux rangs. Au bout du compte, c’est à près de six minutes de la gagnante qu’elle a croisé le fil d’arrivée, après un effort de 4h 2m 39s.

Après avoir bouclé 1,9 km de natation et 90 km de vélo, Roy occupait le sixième rang. C’est alors qu’elle est passée à la vitesse supérieure. En conclusion d’épreuve, elle a parcouru les 21,1 km de course à pied en 1h 19m 9s, un chrono très impressionnant. Non seulement sa performance à pied s’est avérée la meilleure chez les femmes, mais son temps n’a été battu que par deux hommes chez les professionnels.

«Elle a offert une grosse performance. Elle arrivait là comme championne en titre et elle se retrouvait avec une liste de départ très relevée. Sa course à pied a été phénoménale», a vanté Dufresne.

De son côté, la principale intéressée admet avoir été surprise par sa remontée au classement. Le plus impressionnant dans tout ça, c’est qu’elle s’est gardée des énergies en banque pour sa prochaine compétition!

«Ma pénalité, je la méritais, même si c’était frustrant de voir les autres filles passer devant moi. Au niveau mental, c’est énorme, une pénalité de cinq minutes. Quand je suis repartie, je me sentais prête à courir vite. Je devais décider si j’y allais à plein gaz ou si je gardais de l’énergie pour la prochaine compétition. Je me suis dit que j’allais courir et j’allais voir où ça me mènerait. Plus ça allait, plus je pensais aller chercher la quatrième place. Puis, j’ai vu la troisième position s’approcher. Quand je suis passée en troisième place et que je me suis bâtie une avance, j’ai pu courir en sauvant mes énergies pour la semaine prochaine», raconte-t-elle.

Roy se dirigera maintenant vers le Maryland pour prendre part au Ironman 70.3 Eagleman à Cambridge. «Ça va être intéressant de voir comment je vais répondre avec deux courses en autant de fins de semaine. J’ai vu à quoi va ressembler le peloton et je crois que je peux viser un podium.»

Matteau se distingue
Chez les amateurs, Antoine Matteau a fait tourner les têtes en arrachant le premier rang cumulatif pour l’ensemble des groupes d’âges. De plus, son temps de 4h 22m 30s lui a conféré le 15e rang cumulatif parmi tous les participants, y compris les professionnels. «C’est un bel exploit de finir 15e sur 1600 athlètes, surtout avec des conditions de grosse chaleur comme ça. En plus, les conditions sont souvent plus difficiles que pour les pros, car les amateurs partent plus tard dans la journée», soutient Dufresne.