La petite Florence a servi de porte-bonheur aux Patriotes, au Championnat provincial de volleyball universitaire à Montréal.

Promesse tenue!

TROIS-RIVIÈRES — L’entraîneure des Patriotes en volleyball, Marie-Ève Girouard, a tenu sa parole!

Quelques semaines après avoir donné naissance à son premier enfant, l’ancienne joueuse de l’équipe a guidé ses troupes vers un deuxième championnat provincial de suite, un cinquième en huit ans dans la deuxième division du Réseau du sport étudiant du Québec.

Avec Florence comme petit porte-bonheur, les filles de l’UQTR ont gagné six manches et n’en ont perdu aucune. Après avoir vaincu Rimouski en demi-finale vendredi soir à Montréal, elles ont blanchi les représentantes de l’ETS, samedi après-midi.

«Je ne pourrais pas espérer un plus beau scénario que celui-là», souriait Girouard, le lendemain. «Ç’a été un gros hiver avec l’équipe et sur le plan personnel. J’étais de retour aux pratiques de l’équipe depuis quelque temps, sauf que mes dernières parties comme entraîneure remontaient à la fin du mois de janvier. J’avais hâte de revenir et les filles ont tout fait pour qu’on réussisse. Défendre un championnat, ce n’est jamais facile, surtout que l’ETS avait une formation améliorée.»

Au rayon des prestations individuelles, la passeuse Myriam Desbiens a été nommée sur la première équipe d’étoiles de la ligue, aux côtés de sa coéquipière Laurie Simard. Qui plus est, Desbiens a été choisie comme joueuse par excellence du circuit.

Roxanne Huard, Mylène Caron et Audrey Marcoux ont quant à elles été retenues sur la deuxième équipe d’étoiles du RSEQ.

Les Patriotes ont terminé la campagne avec 14 victoires, championnat provincial inclus, et une seule défaite. Durant cette séquence, elles n’auront perdu que quatre manches sur 45! «C’est difficile d’évaluer l’équipe par rapport aux autres éditions championnes, estime Marie-Ève Girouard. Par contre, en tant que groupe, il y avait une superbe chimie. Pendant la saison, toutes nos filles ont contribué alors cette bannière, c’est celle de tout le monde.»