Jean-François Dumoulin

Programme double à Saskatoon

TROIS-RIVIÈRES — Le Championnat de la série NASCAR Pinty’s ne se gagnera pas mercredi en Saskatchewan, mais il pourrait bien se perdre pour certains, advenant un problème mécanique ou une autre malchance.

Le seul programme double du calendrier – Dieu soit loué, vous diront les pilotes – est présenté en soirée sur la piste du Wyant Group Raceway, à Saskatoon. La première course est prévue pour 20 h tandis que la deuxième devrait s’amorcer à 22 h 30, dans les deux cas à l’heure du Québec.

C’est durant cette séquence loin d’être évidente que souvent, les pilotes craignent de perdre de précieux points au classement. C’est qu’un accident ou un problème avec la voiture peut faire dérailler les chances de se battre pour un championnat, au cas où il serait impossible de participer à la deuxième épreuve de la soirée.

Co-meneur au classement avec Andrew Ranger, Louis-Philippe Dumoulin est assurément conscient de ce piège. Puisque les positions au départ pour la deuxième course seront déterminées selon le tour le plus rapide effectué quelques heures plus tôt durant l’épreuve initiale, il devrait y avoir de bonnes batailles.

«Nous avions une très bonne voiture pour circuit ovale à l’Autodrome Chaudière [le 30 juin], toutefois la course a été écourtée. Nous souhaitons terminer ce que nous avons commencé», témoigne Dumoulin, qui tire profit d’une voiture compétitive et stable jusqu’ici.

Marc-Antoine Camirand

Mais Andrew Ranger n’est pas en reste. Sur une lancée grâce à ses deux victoires consécutives à Vallée-Jonction et Toronto, il mènerait probablement le championnat, n’eut été de la pénalité décernée contre lui pour un contact avec Kevin Lacroix, en ouverture de campagne le 20 mai.

Quant à Marc-Antoine Camirand, il saisit l’importance de sortir fort dans l’Ouest canadien. Après Saskatoon, les permanents de la série se déplaceront à Edmonton samedi, avant de revenir au Québec pour le Grand Prix de Trois-Rivières, les 11 et 12 août.

«L’an passé, c’est dans l’Ouest que l’éventuel champion [Alex Labbé] a pris la tête du classement. C’est ce qui a donné le ton au reste de sa saison.»

C’est aussi dans les Prairies que le pilote de Saint-Léonard-d’Aston se souvient d’avoir apprivoisé les ovales. Pas nécessairement sa tasse de thé à l’époque! «Ma saison complète en NASCAR il y a trois ans m’a permis d’en apprendre beaucoup. À Saskatoon, j’étais très rapide et j’avais même roulé à l’avant pendant une bonne partie de la course.»

En fait, c’est Scott Steckly, son préparateur actuel, qui s’était imposé en 2015. «Il sera de bon conseil!»

Louis-Philippe Dumoulin.

De son côté, Jean-François Dumoulin peut construire sur ses résultats encourageants obtenus récemment.

Onzième au classement, il semble avoir retrouvé la fiabilité sur sa voiture et la course de Toronto lui a permis de monter sur le podium (troisième position). Il avait auparavant terminé septième à Vallée-Jonction. Bref, tout est permis pour nos trois pilotes régionaux dans l’Ouest canadien.