François Pratte espère que sa prestation de samedi lui ouvrira de nouvelles portes.

Pratte remplit la commande

Shawinigan — François Pratte (6-0), n’a peut-être pas empoché son premier K.-O. en carrière, mais il a tout de même livré une performance sans bavure face au Mexicain Daniel Cruz (4-1, 1 K.-O.) pour signer une sixième victoire consécutive depuis ses débuts professionnels, samedi soir au Centre Gervais Auto.

Il faut dire que le protégé de Jimmy Boisvert au club Performance a rapidement conquis la foule alors qu’il a enfilé un chandail des Cataractes de Shawinigan en se rendant vers l’arène. Puis, une fois la cloche sonnée, Pratte a donné le ton au premier assaut, notamment avec une solide combinaison qui a déstabilisé son rival.

Tout au long du combat, le Trifluvien a bien réussi à tenir son adversaire à distance tout en réussissant quelques frappes payantes. Il n’y a qu’au cinquième assaut que Pratte a encaissé un puissant coup de Cruz. Heureusement pour ses partisans, il a rapidement repris le contrôle entre les câbles, en route vers une victoire par décision unanime obtenue grâce à trois cartes de pointage identiques de 59-55.

«J’y suis allé prudemment, mes entraîneurs ne voulaient pas que je me fasse piéger. J’ai quand même réussi à l’ébranler deux fois, sauf qu’il n’est pas allé au tapis. Mon adversaire était tough, mais la stratégie a porté fruit», a commenté Pratte, impressionné par l’accueil chaleureux du public.

Jordan Balmir est invaincu en huit combats chez les pros.

Pratte espère maintenant que cette prestation lui permettra d’ouvrir de nouvelles portes et, peut-être, mener à la signature d’un contrat. Chose certaine, le Trifluvien a toujours soif d’action et espère poursuivre sa progression rapidement.

«Il faut y aller étape par étape. Mais je suis un boxeur, alors je veux me battre.»

OPPOSITION CORIACE POUR BALMIR
De son côté, Jordan Balmir (8-0, 5 K.-O.) a eu droit à une opposition relevée contre le Mexicain Uriel Hernandez (13-5, 7 K.-O.). Face à un vétéran boxeur, le Drummondvillois a eu de la difficulté à trouver les ouvertures dans la défensive de son rival de 34 ans.

Malgré tout, Balmir en a fait suffisamment pour obtenir la faveur des juges, dans une victoire signée par décision unanime avec des cartes de 59-55, 58-56 et 58-56. À sa sortie des câbles, le protégé de Jimmy Boisvert se réjouissait d’ajouter une victoire à sa fiche immaculée (8-0, 5 K.-O.), même s’il n’était pas entièrement satisfait.

«J’ai donné mon maximum. Les derniers jours avant le combat n’ont pas été faciles, mais je ne veux pas me servir d’excuse. Je donne du crédit à mon adversaire, qui avait beaucoup d’expérience. C’est le combat au cours duquel j’ai le plus appris à boxer au lieu de me bagarrer.»

Pour Balmir, l’important est maintenant de regarder devant et ne pas trop se faire de mauvais sang avec ce combat. «Ça porte ma fiche à 8-0 et j’ai fait ce qu’il fallait pour gagner. Dans deux combats, je vais déjà avoir oublié celui-là.»