Une fois dans l’arène, François Pratte a l’intention de se souvenir du manque de respect de son adversaire qui n’a pas respecté la limite de poids.

Pratte piqué au vif par Taylor

Shawinigan — Les combats se suivent et se ressemblent pour François Pratte (6-0). Comme ça s’est souvent produit depuis le début de sa carrière professionnelle, une mauvaise surprise attendait le Trifluvien de 28 ans à son arrivée à la pesée officielle.

Son rival, Eric Taylor (8-1-2, 4 K.-O.), est venu lui serrer la pince pour lui expliquer qu’il n’arriverait pas à faire le poids initialement fixé à 129 livres.

En matinée, l’Albertain de 26 ans avait vérifié son poids sur une balance personnelle et respectait facilement la limite. Il a donc ingurgité une grande quantité d’eau pour se rapprocher le plus possible de la limite. Le problème, c’est que la balance initiale n’était pas calibrée correctement, ce qui a faussé l’interprétation des données. Au moment d’essayer la balance officielle, il affichait un poids de 131 livres. C’est alors que son clan a proposé de modifier le poids dans le contrat.

Disons que cette modification de dernière minute a grandement irrité le protégé de Jimmy Boisvert au club Performance, qui ne manquait déjà pas de motivation pour son duel. Pour cette septième sortie chez les professionnels, un contrat de cinq combats l’attend avec Eye of the Tiger Management en cas de victoire.

«Il est venu s’excuser pour m’expliquer la situation. J’ai dit que c’était correct et que j’allais le battre quand même, a maugréé Pratte, qui avait déjà accepté de se battre à un poids supérieur qu’à l’habitude, avant même le changement de dernière minute. Ça me fait suer des gars comme ça qui ne respectent pas le poids! Tellement que, pendant le face à face, j’étais prêt à y aller!»

Contre Taylor, Pratte aura droit au test le plus corsé de sa carrière. Ne comptez toutefois pas sur lui pour en faire des cauchemars. «J’ai regardé quelques vidéos et j’ai trouvé qu’il était semblable à tous les autres Mexicains que j’ai affrontés.»

De son côté, Taylor a hâte de vivre un premier combat en territoire hostile. Le protégé de KO Boxing connaît bien le parcours auréolé de son adversaire, mais il demeure confiant de signer une victoire à Shawinigan. «Je sais qu’il est un bon boxeur, mais je suis un peu plus gros que lui et je vais me servir de cet avantage. Je m’en viens ici pour être le boss et donner un gros élan à ma carrière.»

Dans l’ombre des géants
Pendant la promotion menant au gala, Pratte a obtenu peu de visibilité pour son duel face à Taylor. Toute l’attention a été déployée vers Simon Kean et Adam Braidwood, ne laissant que des miettes aux acteurs de la sous-carte.

D’ailleurs, à l’instar de son colocataire Kean, Pratte en a marre d’entendre parler du difficile parcours de Braidwood. «Il y a tellement de focus sur le fait que Braidwood est allé en prison et que c’est un bad boy... Pendant que ce gars-là était en prison, moi je m’entraînais fort. Je ne pensais pas que ça te rendait plus tough qu’un autre d’aller en prison. L’accent a été mis sur Simon et Braidwood, mais samedi ça va être à mon tour», promet le quintuple champion canadien chez les amateurs.