L’Alliance Sport-études regroupe 1300 étudiants-athlètes provenant de la LHJMQ et de 50 fédérations sportives. Dans l’ordre, la directrice des études du Collège Laflèche Christine Linteau, le coordonnateur du programme Sport-études Stéphane Roy, le directeur général de l’Alliance Sport-études Sébastien Fyfe ainsi que les athlètes Marianne Leclerc (taekwondo) et Élliot Vaillancourt (ski acrobatique).

Pour mieux encadrer les étudiants-athlètes

TROIS-RIVIÈRES — Après 18 ans à accompagner les étudiants-athlètes dans leur parcours à travers sa formule Sport plus études, le Collège Laflèche fait un pas de plus en adhérant au rang de l’Alliance Sport-études, à compter de l’hiver 2019.

Christine Linteau, directrice des études, explique que cette décision a été mûrie, afin de répondre encore plus étroitement aux besoins de cette clientèle spécifique, qui ne cesse de grossir. «Nous sommes passés de 6 à 55 étudiants dans ce volet», explique-t-elle. «De fil en aiguille, les parents ont commencé à poser des questions, ce fut l’élément déclencheur. On a fait nos devoirs. En plus de la notoriété qui vient avec l’Alliance Sport-études, il y a d’autres avantages à se joindre à un réseau aussi fort.»

L’Alliance regroupe 1300 étudiants-athlètes provenant de la LHJMQ et de 50 fédérations sportives. Elle est associée à 43 collèges, au Cégep à distance et à huit universités. Les étudiants du Collège Laflèche auront droit notamment aux bourses offertes par l’Alliance, ainsi qu’à un réseau de contacts entre collèges et universités pour faciliter la transition.

«J’avais déjà droit à un horaire stable et à des professeurs compréhensifs, ce qui m’assurait de pleinement me concentrer sur mon sport quand c’était le temps», explique Marianne Leclerc, adepte de taekwondo. «Cette possibilité d’avoir accès aux bourses est alléchante. Pour s’améliorer, il faut participer à des compétitions un peu partout. Il y a des frais rattachés à ça. Je trouve très intéressant de voir qu’il y a des bourses qui sont disponibles pour nous donner un coup de main», ajoute cette étudiante de deuxième année en Sciences de la nature.

«Moi, ce que je retiens le plus, c’est le pont avec les universités. Je n’aurai pas à me lancer dans le vide quand viendra le temps de graduer. C’est un souci de moins. Ça s’ajoute à tout le support dont nous bénéficions déjà», souligne pour sa part Elliott Vaillancourt, un skieur acrobatique et étudiant de troisième année en Sciences de la nature.

Le directeur général de l’Alliance Sport-Études, Sébastian Fyfe, parlait quant à lui d’un partenariat gagnant-gagnant. «Si vous me permettez une image de baseball, je dirais qu’on vient de mettre la main sur un frappeur de puissance! Le Collège Laflèche a développé son expertise au cours des 18 dernières années. Il y a assurément des choses faites ici dont peuvent s’inspirer nos membres. C’est du donnant-donnant.»

Et, bonne nouvelle, cette nouvelle adhésion ne coûtera pas un sou de plus aux étudiants-athlètes, puisque le Collège Laflèche assume tous les frais. Bien sûr, l’institution espère évidemment en attirer davantage grâce à ce partenariat.