Le cheerleading se porte bien à Chavigny. Joannie Bergeron, Stacy St-Louis, Chloé Ménard, Chelsea Veillette-Bédard, Gabriel Désilets, Abygaëlle Lynch et Laurie Jutras peuvent en témoigner.

Plus forts que jamais

Trois-Rivières — À l’école Chavigny, un local a été aménagé, il y a trois ans, question de répondre à la demande grandissante pour le cheerleading, une discipline qui compte des centaines d’adeptes dans la région. Six jours par semaine, de 8 h à 22 h, les jeunes s’activent dans cet espace aménagé exclusivement pour eux. Et les résultats parlent d’eux-mêmes: sur la scène nationale, les Lions de Chavigny, ainsi que l’équipe civile de Trois-Rivières, apposent leur signature grâce à des routines qui ne passent pas inaperçues.

La fin de semaine dernière à Niagara Falls en Ontario, les Lions (cheerleading scolaire) et le TR Cheer (cheerleading civil) ont pris part à la plus grande compétition au Canada. Les six équipes ont toutes atteint le podium, deux d’entre elles ont même été en mesure de se classer parmi les meilleures des finales nationales. Du jamais vu pour la Mauricie.

Ils étaient 94 enthousiastes, âgés de 8 à 28 ans. Au niveau civil dans certaines catégories, il n’y a pas d’âge limite. «On pourrait avoir des compétiteurs de 77 ans», sourit l’un des entraîneurs et athlète du TRCheer, Gabriel Désilets, l’une des personnes parmi les plus impliquées pour la cause du cheerleading à Trois-Rivières. Lui et Laurie Jutras, une autre entraîneure comptant plusieurs années d’expérience ont, en quelque sorte, bâti le programme de Chavigny. Ils savourent aujourd’hui, avec leur petite armée d’entraîneurs, les victoires acquises dans la région de Niagara. C’est l’ultime prix pour eux.

«Des résultats au-delà de nos attentes!», s’exclame Laurie Jutras, encore sur son nuage. «C’est la 15e année de cheerleading à Chavigny, mais au niveau civil, nous ne sommes organisés que depuis environ trois ans.»

Les sourires étaient nombreux sur les visages des adeptes des Lions et du club TR Cheer.

«Notre programme commence à être reconnu, enchaîne Désilets. Les gens nous voient aller à l’échelle nationale et ils sont persuadés qu’on est un Sport-études, mais non! Chez nous, les jeunes ont accès au gym quand ils veulent et ça n’arrête pas. Nous sommes assez exigeants et les résultats suivent. Quand tu regardes ça, nous n’avons pas les plus grosses infrastructures si on compare aux plus gros clubs, sauf qu’elles sont bien utilisées!»

C’est justement ce qui surprend avec les équipes de cheerleading des Lions de Chavigny: elles parviennent, année après année, à ressortir du lot. Le club civil TR Cheer accueille lui aussi beaucoup de membres des Lions dans ses troupes et des jeunes d’autres écoles de la région s’y joignent pour compléter les groupes.

Dans la catégorie du cheerleading scolaire à Niagara Falls, les Lions ont raflé les grands honneurs au niveau 3 (équipe Revolution) et au niveau 4 (équipe WSF), obtenant les pointages les plus élevés. Du côté civil, Cursed Queens (deuxième, senior 3), Blackbirds (deuxième, junior 2), Bad Legends (senior 4) et Jokers (premier, International Open 4) ont également fait honneur au club TR Cheer.

Puis, lors des finales canadiennes qui regroupaient les 43 meilleures équipes au pays, Blackbirds et Cursed Queens ont encore épaté. La première équipe a prévalu au niveau 2 tandis que l’autre a terminé tout juste derrière les championnes au niveau 3. «Nous étions hystériques», rigole Laurie Jutras, en expliquant que ces finales constituaient le summum de la compétition de Niagara. «Parce que c’était sur invitation, on ne pouvait pas s’inscrire et être admis automatiquement. C’est la preuve qu’on accomplit de belles choses depuis quelques années. Sur 14 performances à Niagara, nous avons réussi 11 routines parfaites, avec aucune déduction.»

Le sport est en émergence dans la région, les inscriptions au primaire explosent depuis deux ans. Les entraîneurs ont tous moins de 35 ans. À Shawinigan, le club Apex a aussi connu de bons moments à Niagara en enregistrant quatre podiums. Dans deux semaines, l’équipe Beast du TR Cheer ira à Orlando, pour les Championnats mondiaux de cheerleading. La relève pousse et personne ne s’en plaindra.