Pierre-Luc Laforest rentre la mine basse de son voyage aux États-Unis au cours duquel les Aigles ont été limités à une petite victoire en six matchs.

Pire début de saison en quatre ans pour les Aigles

L'offensive des Aigles de Trois-Rivières ne casse rien en ce début de saison 2016.
Malgré le très bon boulot des lanceurs en général dans ce voyage de six matchs aux États-Unis, les champions de la Ligue Can-Am rentrent au bercail avec une petite victoire, ce qui porte leur dossier global à trois gains et dix revers. Il s'agit du pire départ de l'histoire du club, rien de moins.
Vaincus la veille en dix manches, les Miners de Sussex ont répliqué mardi avec deux victoires dans le cadre d'un programme double, par des pointages de 4-2 et 2-1. La deuxième partie a été particulièrement pénible à digérer pour le gérant Pierre-Luc Laforest.
Ses protégés n'ont frappé que six coups sûrs dans le second duel, abandonnant trois hommes sur les buts en cinquième manche alors qu'il n'y avait pourtant qu'un retrait au tableau.
Reed Lavallee (retrait sur des prises) et Eric Grabe - peu convaincant dans son rôle de premier frappeur - ont été incapables de faire avancer les coureurs. À leur tour au bâton, les Miners en profitaient pour prendre les devants.
Les Aigles ont toutefois créé l'égalité dès la sixième manche grâce à l'une des quatre erreurs de la défensive poreuse des Miners durant la journée, mais ces derniers ont repris l'ascendant quelques minutes plus tard.
Ryan Bollinger, en dépit d'une belle sortie (deux points mérités en six manches et un tiers) a encaissé la défaite. Les releveurs David Leblanc et Philippe-Alexandre Valiquette n'ont pas accordé de point durant leur passage respectif sur le monticule, mais les releveurs de Sussex non plus.
Dans le premier match en matinée, les Aigles menaient 2-1 avant d'attaquer la fin de la sixième manche, sauf qu'ils ont échoué dans leur tentative de freiner les Miners. Max Schonfeld, qui avait pris part au camp d'entraînement des Aigles, a subi la défaite. Encore une fois, il n'était pas question pour Laforest de blâmer le travail de ses artilleurs.
«Je n'ai jamais vu une séquence comme ça au bâton», a déclaré le gérant, furieux pendant son entretien téléphonique avec Le Nouvelliste. «Les buts remplis en cinquième ce soir, c'était inacceptable de ne pas marquer. J'ai hâte qu'on swing la batte parce que ma patience a ses limites. On ne pèse pas encore sur le bouton panique, mais on s'en rapproche.»
Chose certaine, certains joueurs se retrouvent sur un siège éjectable en ce moment. Joel Carranza est devenu invisible à la plaque, à la suite de son excellent match d'ouverture contre les Capitales. Le frappeur désigné ne frappe pas grand-chose, comme en témoigne sa moyenne de ,113.
Appelé en renfort comme régulier, Reed Lavallee n'affiche pas les statistiques les plus impressionnantes. Rétabli de sa blessure au coude et revenu dans l'alignement au New Jersey, Steve Brown accumule plus rapidement les retraits sur trois prises que les coups sûrs.
La bonne nouvelle, s'il y en a une, c'est que Pierre-Luc Laforest aura le luxe d'employer de nouveaux joueurs dès jeudi, pour le début d'une nouvelle série contre les Jackals, au stade Fernand-Bédard.
Le voltigeur Yeixon Ruiz et le nouveau-venu Bobby Coyle devraient être en uniforme du côté des Oiseaux. D'ici là, au lieu de punir ses joueurs pour cet atroce début de saison, Laforest leur laissera la journée de mercredi pour décompresser. Il en fera sans doute de même.