Daniel Audette pourrait bien devenir le tout premier choix de la nouvelle concession du Phoenix de Sherbrooke lors du prochain repêchage de la LHJMQ.

Phoenix: Charbonneau a hâte de passer au concret

Il a arpenté les arénas de la LHJMQ et du midget AAA durant tout l'hiver, il a mis la main à la pâte dans les rénovations du Colisée de Sherbrooke, il a engagé du personnel, il a acheté de l'équipement. Non, Patrick Charbonneau n'a pas chômé depuis que le Phoenix de Sherbrooke l'a présenté comme le premier directeur-gérant en septembre. Ce qui ne l'empêche pas d'avoir hâte de passer aux choses sérieuses et de commencer à assembler son équipe qui va joindre les rangs du circuit Courteau l'an prochain.
«J'ai hâte d'avoir des joueurs! Comme j'ai hâte de résoudre des problèmes!», confesse Charbonneau, qui est bien connu dans le milieu puisqu'il était à la tête de la centrale du soutien au recrutement depuis quelques années avant d'accepter la proposition du groupe de Jocelyn Thibeault. «Les discussions sont amorcées avec quelques clubs éliminés. On va bientôt obtenir les listes de protection des équipes et c'est à partir de là qu'on saura vraiment ce qui nous attend dans les premiers mois de la saison.»
Au moins, le Phoenix sait déjà qu'il pourra miser sur cinq patineurs de 20 ans pour sa première saison, ce qui est deux de plus que les 17 autres clubs. «Nous sommes chanceux car il y a beaucoup de bons joueurs nés en 1992 dans la ligue. On devrait être en mesure d'avoir cinq vétérans de 20 ans de qualité, autant comme hockeyeurs que comme individus. C'est important car ils vont nous aider à nous forger une identité.»
Charbonneau prévoit placer sur la glace une demi-douzaine de recrues, ce qui va laisser une douzaine de casiers à remplir pour les athlètes de 17 à 19 ans. «On sait que ce sera difficile d'obtenir de bons 18 ans, alors on regarde certaines options. L'Europe, ou l'Ontario pourraient nous aider à ce niveau. L'important, c'est de bâtir un club compétitif. On veut qu'il y ait un engouement autour de l'équipe et pour ça, il faut être compétitif sur la glace.»
En tant que club d'expansion, le Phoenix va aussi profiter du tout premier choix au prochain encan des joueurs midgets, un privilège qui permettra de mettre la main soit sur Daniel Audette, soit sur Alexis Pépin, les deux meilleurs espoirs disponibles selon Charbonneau. «Nous discutons avec les deux joueurs. Audette a également la citoyenneté américaine, il a donc plus d'options. Pépin est prêt à venir chez nous, on attend de connaître les plans d'Audette puis nous prendrons une décision.»
Le dossier de l'entraîneur-chef risque de se régler plus rapidement. Charbonneau confie qu'il amorce les entrevues cette semaine avec «six ou sept» candidats, qui n'ont pas tous le même profil. Les noms de Sylvain Lefebvre et Paulin Bordeleau circulent depuis quelques semaines dans le milieu... «Le but, c'est de nommer notre entraîneur avant le repêchage mais ce n'est pas obligatoire. On cherche un bon communicateur, un gars qui va faire embarquer les jeunes. On ne croit plus aux méthodes des années 80. Le candidat choisi devra aussi être prêt à travailler sur le développement de nos jeunes.»