Robby Petiquay a été suspendu cinq ans pour son agression à l’endroit de Julien Gauthier.

Petiquay suspendu cinq ans

TROIS-RIVIÈRES — La Ligue de hockey senior AAA du Québec (LHSAAAQ) a voulu démontrer qu’elle n’accepte pas les gestes d’agression lors de ses matchs en suspendant pour cinq ans Robby Petiquay des Loups de La Tuque. Ce dernier a blessé gravement Julien Gauthier du Métal Perreault de Donnacona en lui assénant un violent coup de poing au visage lors d’une mêlée générale survenue vendredi soir au Colisée de La Tuque.

La sanction imposée à Petiquay est sévère, mais elle est en fonction du geste qu’il a commis, estime la direction de la LHSAAAQ. Quelques jours après l’agression, Julien Gauthier a le visage tuméfié et doit composer avec de sévères symptômes de commotion cérébrale. Il a dû passer la nuit de lundi à mardi à l’hôpital en observation en raison de très forts maux de tête qui sont accompagnés de vertige et de nausées. Le jeune hockeyeur veut toujours porter plainte à la Sûreté du Québec contre Robby Petiquay.

«Si on regarde le pedigree de Petiquay, il a asséné un coup de bâton au visage de Simon Rizk il y a trois ans ce qui avait mis un terme à sa carrière. Petiquay avait été suspendu indéfiniment. À la suite d’une demande de La Tuque, les gouverneurs avaient accepté de le réintégrer, moyennant son bon comportement», explique Michel Dorais, président de la LHSAAAQ.

«Et cette année, il revient avec un autre geste du même genre. Ce sont des agressions gratuites. Tu ne peux pas faire ça dans la vie. [...] Il y a des combats dans la ligue, mais des choses comme ça c’est inadmissible en 2019.»

Le président de la LHSAAAQ, Michel Dorais.

Robby Petiquay ne pourra donc pas revenir au hockey senior avant la fin des séries éliminatoires de 2024. De plus, si une équipe souhaite l’embaucher après cette période de suspension, celle-ci devra obtenir un vote unanime de la part du bureau des gouverneurs de la ligue et placer un dépôt en caution pour assurer son bon comportement. Considérant qu’il aura 41 ans et qu’il a des antécédents en matière de coups vicieux, on ne devrait pas revoir Petiquay sur une patinoire.

«On passe le message qu’on n’acceptera pas ça», ajoute Michel Dorais qui précise qu’une suspension à vie n’était pas possible en raison du besoin de quantifier la sanction. «On n’acceptera pas que les gars se fassent blesser. [...] Je n’attendrai pas que quelqu’un y reste sur la glace pour sévir.»

La ligue a également revu à la hausse la suspension donnée à l’entraîneur-chef des Loups de La Tuque, Tommy Gauthier. Ce dernier a finalement obtenu deux parties de suspension, car c’est un de ses joueurs qui a quitté le banc pour initier la bagarre générale. Et la ligue estime que l’entraîneur des Loups a prémédité et provoqué cette bagarre générale. De plus, l’organisation des Loups a été mise à l’amende également pour avoir «prémédité et provoqué cette bagarre générale».

L’entraîneur-chef des Loups de La Tuque, Tommy Gauthier, accepte la sanction imposée par la ligue. Déjà, l’organisation avait affirmé qu’elle ne retenait plus les services de Petiquay.

«On respecte la décision. Et on n’en veut pas de geste comme ça dans la ligue», soutient l’entraîneur en affirmant que son organisation n’avait pas prémédité le geste de Petiquay.


« On n’acceptera pas que les gars se fassent blesser. [...] Je n’attendrai pas que quelqu’un y reste sur la glace pour sévir. »
Michel Dorais, président de la LHSAAAQ

«La seule chose qu’on est tanné d’entendre, c’est la préméditation. Jamais, au grand jamais, une équipe de la grande classe comme les Loups de La Tuque va préméditer un geste comme ça. [...] Comment voulez-vous qu’on prémédite un geste comme ça?»

Tommy Gauthier ne croit pas qu’une équipe d’une autre ligue «va prendre une chance» avec Petiquay. «Je ne crois pas qu’il va pouvoir rejouer au hockey. Et c’est probablement mieux comme ça», estime-t-il.

Le président-directeur général du Métal Perreault de Donnacona, Luc Thibault, soutient que la ligue a pris la bonne décision à l’endroit de Petiquay. «Le ramener sur la glace c’est exposer quelqu’un d’autre à subir le même sort», dit-il. «Dans le cas de Petiquay, la ligue a pris la bonne décision... la seule décision possible dans les circonstances.»

Le Métal Perreault évalue toutefois la possibilité de porter les autres suspensions en appel.

Julien Gauthier a toujours l’intention de porter plainte à la Sûreté du Québec pour l’agression qu’il a subie. Si son état de santé le lui permet, il a l’intention de rencontrer les policiers dès mercredi. L’organisation du Métal Perreault de Donnacona l’appuie entièrement dans ses démarches. «C’est sûr que nous l’appuyons. Il y a toujours le risque qui est inhérent au sport, mais personne ne doit jouer avec le risque de se faire assommer par un coup de poing qui arrive de nulle part», dénonce Luc Thibault.

En terminant, l’homme fort Yves Girard des Loups a de son côté été suspendu pour cinq parties pour avoir été l’agresseur à deux reprises durant la mêlée générale. Kevin Charest et le gardien des Loups Steven Veilleux ont été suspendus un match chacun pour avoir respectivement quitté le banc le premier lors de la bagarre générale et pour intimidation.