Marie-Frédérique Poulin était classée deuxième au pays avant le championnat.

Persévérance récompensée!

TROIS-RIVIÈRES – Les derniers mois se sont déroulés sous le signe de la persévérance pour Marie-Frédérique Poulin. Une persévérance qui lui a permis de décrocher le titre de championne canadienne junior du 400 mètres haies, ce week-end à Ottawa.

Pour la protégée de Pierre Thibodeau, au club Zénix de la Mauricie, difficile d’imaginer un meilleur point d’exclamation pour cette dernière saison junior. Pas plus tard que l’hiver dernier, la Trifluvienne de 19 ans était coincée au lit, résultat d’une vilaine commotion cérébrale subie dans un match de flag-football avec les Diablos de Trois-Rivières.

Près de neuf mois et beaucoup d’heures à l’entraînement plus tard, la voilà avec une médaille d’or accrochée à son cou. «J’ai dû repartir complètement à zéro cet hiver. Pendant la saison, je souhaitais surtout améliorer mon temps personnel, pas nécessairement la victoire au championnat canadien. Mais quand j’ai passé le fil d’arrivée, j’ai réalisé que j’étais toute seule devant. J’étais tellement contente, je suis allée rejoindre mes parents dans les estrades pour célébrer avec eux. C’est le plus bel accomplissement de ma carrière. J’ai encore de la difficulté à réaliser que j’ai gagné!»

Avant d’arriver dans la capitale fédérale, Poulin était classée deuxième au pays sur sa distance de prédilection. Après une victoire facile en demi-finale, la Trifluvienne a ensuite retranché une seconde à sa marque personnelle lors de la finale pour distancer facilement ses rivales en 1:00,78. «On savait qu’elle avait des chances de médaille, mais pour gagner, elle devait livrer la course de sa vie. C’est exactement ce qu’elle a fait! Retrancher une seconde à son record personnel sur un 400 m haies, c’est exceptionnel», a vanté son entraîneur Pierre Thibodeau, soulignant au passage que ce chrono lui aurait même permis de se hisser dans le top 5 chez les seniors.

Il faut remonter à l’été 2013 pour retracer le dernier champion canadien junior dans la région. À l’époque, le Shawiniganais Antoine Thibeault était grimpé sur la plus haute marche du podium lors de l’épreuve du 3000 m steeple chase.

Par ailleurs, en vertu de cette victoire, Poulin obtient le statut d’athlète «élite» à la Fédération québécoise d’athlétisme, ce qui lui ouvrira les portes de quelques compétitions d’envergure. Dès cette semaine, elle prendra notamment part au rendez-vous Montréal-Québec de la FQA. «Il restait une place dans l’équipe et la Fédération lui a donnée après sa victoire. Elle va courir le 400 m et le 200 m contre des athlètes de haut niveau. Ça va lui faire une belle expérience», note son entraîneur.

Héroux brille aussi
Outre Poulin, Éliot Héroux a également profité de son passage à Ottawa pour gagner en confiance. Débarqué 27e favori dans l’épreuve du 1500 m junior, le porte-couleurs du Zénix a offert trois brillantes performances en l’espace de 48 heures pour quitter les Championnats canadiens avec une 11e position en poche. Pour cet athlète de catégorie juvénile, il s’agit d’un bel exploit. «De passer du 27e au 11e rang, c’est incroyable, surtout compte tenu qu’il courait contre des rivaux plus âgés. En plus, il a réussi à aller chercher son standard pour les Championnats canadiens de la jeunesse», explique Thibodeau.

Quatre autres athlètes du Zénix étaient aussi en piste à Ottawa chez les juniors, soit Jade Custeau (15e au 400m) William Gagnon (16e au 200m), Marianne Houle (20e au 800m) et Rosalie Boisclair (23e au 400m). Le week-end prochain, ce sont les athlètes benjamins, cadets et juvéniles qui prendront d’assaut la piste du PEPS de l’Université Laval dans le cadre du championnat provincial.