Olivier Caouette, Christophe Boivin et Mathieu Lemay génèrent près de la moitié de l’offensive des Patriotes depuis le début de la saison.

Patriotes: un gros trio en quête de soutien

Trois-Rivières — Relégués au septième rang de leur division au deux tiers de la saison, les Patriotes de l’UQTR peuvent néanmoins se vanter de miser sur un des trios les plus productifs à travers le réseau de hockey universitaire canadien. Avec 29 buts au compteur, Mathieu Lemay, Christophe Boivin et Olivier Caouette font plus que leur part pour mener l’équipage à bon port avec 47 % des réussites de l’équipe. Il appartiendra maintenant au reste du groupe de trouver une façon de mettre l’épaule à la roue.

«C’est certain qu’on aimerait avoir une meilleure contribution des autres trios. Mais au moins, les chances de marquer sont là, il s’agit pour eux de les concrétiser. Parfois il suffit juste d’un match ou deux matchs productifs pour mettre la machine en marche», explique l’entraîneur-chef Marc-Étienne Hubert, néanmoins ravi de la combinaison Lemay-Boivin-Caouette.

«Il y a une belle chimie qui s’installe. Ça faisait un bout que Lemay n’avait pas joué au centre, il a donc eu besoin d’une période d’adaptation, mais ça fonctionne bien présentement. Ça nous donne un des bons trios dans la ligue.»

Perché au troisième échelon des marqueurs au Canada, avec 29 points en 18 matchs, Lemay n’est nullement surpris du brio de son trio. Son compagnon Boivin totalise pour sa part 26 points en 19 matchs, tandis que Caouette en a obtenu 15 en 14 rencontres. «L’an passé, ça s’était bien passé avec Boivin et j’avais aussi joué avec Caouette par le passé. Je savais qu’on allait produire. C’est notre job de contribuer offensivement et ça se passe bien. On a confiance», explique Lemay.

Avec une production qui frôle la moitié du total collectif, la surveillance devient inévitablement de plus en plus accrue autour d’eux, plus la saison progresse. «C’est certain qu’il y a un peu plus d’attention sur nous. Les équipes envoient leurs meilleurs éléments pour nous freiner. Mais ça ne nous affecte pas trop!», ajoute le vétéran de quatrième année.

Quatre points à ne pas échapper

Ce week-end, les Patriotes n’auront pas droit à l’erreur avec un programme double face aux Paladins du Collège royal militaire, bons derniers dans la Ligue de l’Ontario. «Ce sont quatre points extrêmement importants étant donné qu’on n’a pas récolté de points le week-end dernier contre McGill et Ottawa. C’est crucial si on veut monter au classement. Tout est encore possible pour aller chercher l’avantage de la glace», souligne l’entraîneur-chef.