Sébastien Auger s’est offert un blanchissage de 42 rondelles mercredi.

Patriotes: les séries avant le temps!

TROIS-RIVIÈRES — Si le match de mercredi entre McGill et l’UQTR avait été présenté à RDS ou TVA Sports, des milliers de personnes auraient été convertis au hockey universitaire canadien, partout au Québec! Christophe Boivin a salué son retour au jeu en enfilant le seul but de la soirée, tard en prolongation, pour aider les Patriotes à l’emporter 1-0 devant plus de 1300 personnes, dans une ambiance digne du Carnaval étudiant.

Par contre, le vrai héros de cette rencontre ne fut nul autre que Sébastien Auger. Le gardien est entré dans le livre des records du programme en devenant l’homme masqué le plus victorieux de l’histoire (63).

Au terme de la partie, après avoir salué la réussite de Boivin, les favoris de la foule ont rapidement convergé vers Auger pour le féliciter. Avec 42 arrêts, dont 17 au second engagement et deux sur des échappées, il s’est assuré que cette victoire symbolique serait spéciale dans toutes ses facettes.Ça faisait longtemps qu’on avait entendu une foule manifester une telle joie au vieux Colisée.

Petit miracle

Oui, Auger a dû se signaler, mais l’équipe devant lui s’est aussi fièrement battue. La prolongation de sept minutes a bien mal commencé pour les Patriotes, avec une mise en échec par derrière sournoise d’Olivier Garneau à l’endroit de Samuel Tremblay de McGill.

Garneau a été expulsé, forçant ses coéquipiers à se débrouiller à 3 contre 4 pendant cinq minutes! C’est alors que des joueurs comme Zachary Lavigne et Gabriel Sylvestre se sont levés. Les visiteurs n’ont même pas su tirer profit de cette occasion en or. Un petit miracle qui en précédait un autre...

«J’étais confiant, notre désavantage numérique est très bon. J’ai bloqué des tirs, mais les gars ont tellement bien travaillé aussi», analysait la première étoile Auger, pas peu fier de doubler ses deux entraîneurs des gardiens chez les Patriotes, Dany Dallaire (nombre de matchs) et Luc Bélanger (victoires) dans le grand livre des records du club.

Auger devin

Avant le début de la prolongation, Sébastien Auger a dit à Christophe Boivin qu’il jouerait les héros. Il a vu juste là-dessus aussi!

Boivin a saisi un retour du gardien Louis-Philip Guindon pour faire exploser le toit du Colisée. Une façon spectaculaire de mettre un terme à la saison régulière à domicile. Un blanchissage face aux ennemis jurés de McGill, ce n’est jamais banal.

Boivin, qui avait entamé la rencontre sur le quatrième trio – il a été blessé pendant plusieurs semaines – a choisi le bon moment pour semer l’euphorie dans les gradins. C’est souvent la marque des meilleurs joueurs. «Une des plus belles victoires de notre saison! Auger a été exceptionnel, il nous a donné du gaz et de l’énergie.»

Il a aussi reçu l’aide de ses poteaux à quelques reprises, comme son vis-à-vis Guindon, le premier dans la file de joueurs de McGill à serrer la main de ses adversaires, dans les secondes suivant le but de Boivin. Dans les estrades, ça criait et ça chantait.

«Sébastien était affamé. Quand tu traverses une séquence de cinq minutes en infériorité sans rien donner, souvent ça tourne en ta faveur. C’est ce qui est arrivé ce soir. C’est une grosse victoire, je retiens l’effort de tous nos jeunes, qui ont moins d’expérience que ceux de McGill», notait l’entraîneur-chef Marc-Étienne Hubert, en louangeant l’équipe de planification des matchs pour l’animation et l’ambiance.

«C’était incroyable! Ça faisait longtemps que j’avais entendu un tel bruit dans le Colisée.»

Carnet de notes

Les Patriotes terminent leur campagne locale avec une excellente fiche de 11-1-1-1. Ils joueront trois matchs sur la route d’ici le début du mois de février, après quoi les éliminatoires commenceront... La fiche en carrière de Sébastien Auger avec l’UQTR est de 63 victoires et 34 revers... Mathieu Boucher et Loïk Léveillé ont récolté une passe sur le filet inscrit par Boivin...

Le statisticien Jacques Brouillette, qui en a vu d’autres, classait ce duel parmi les trois meilleurs qu’il a eu la chance de voir en plus de 30 ans. Parions qu’ils sont nombreux à partager son avis ce matin.