Le trio de Jordan Martel et Julien Tessier (photo) complété par Simon Lafrance fait des étincelles à l’attaque en ce début de saison pour les Patriotes. Les trois cumulent 42 points en 33 parties.

Patriotes: le trio des recrues fonctionne à plein régime

TROIS-RIVIÈRES — Après 11 matchs, Jordan Martel se hisse dans le groupe de tête des meilleurs buteurs au hockey universitaire canadien, avec neuf réussites déjà. Aux côtés de Julien Tessier et Simon Lafrance, son trio forme l’un des plus efficaces à l’attaque en ce début de saison, au sein d’une équipe des Patriotes qui a cruellement manqué de ressources l’an passé à ce chapitre.

Martel a toujours été étiqueté comme un marqueur naturel. Il y a deux ans, il enfilait 39 buts avec le Drakkar de Baie-Comeau. Ses deux coéquipiers ont également connu une belle carrière dans les rangs juniors. Les trois se connaissaient, mais n’avaient encore jamais eu l’occasion de jouer ensemble. Jusqu’ici, on peut dire que le trio opère!

«On se complète bien! Je ne peux pas dire que je suis surpris de mes 9 buts en 11 parties, mais c’est plaisant, c’est une belle façon de commencer mon stage universitaire», sourit Martel, qui a inscrit au moins un but dans presque tous les matchs auxquels il a pris part avec l’UQTR, incluant le voyage en Europe à la fin de l’été et le calendrier hors-concours.

Bob Bissonnette chantait que «le plus important, c’est de la mettre dedans». Les Patriotes l’ont compris: leurs 47 buts les placent au deuxième rang de la Ligue de l’Ontario, derrière l’Université de Toronto. La présence des nombreux - et talentueux - joueurs de première année explique aussi en partie pourquoi l’UQTR montre un taux de réussite de près de 29 % en avantage numérique. Martel revendique déjà quatre filets dans ces circonstances.

«Des joueurs comme moi, ça fonctionne souvent par séquences. Il faut simplement s’assurer que celle-là dure le plus longtemps possible. En ce moment, ça va super bien. M’adapter au jeu plus physique du hockey universitaire représente le plus gros défi.»

Dans ce volet, ça risque de brasser fort en fin de semaine. Les Golden Gaels de l’Université Queen’s (Kingston) s’amènent au Colisée vendredi soir et samedi après-midi, avec la réputation de ne pas faire de cadeaux aux équipes talentueuses. «Le coach nous a prévenus, ça devrait être un des matchs les plus physiques de l’année!»

L’entraîneur-chef Marc-Étienne Hubert était heureux que ses étudiants-athlètes aient saisi le message qu’il leur a répété durant la semaine, à l’entraînement. Les Gaels sont les champions des dernières séries dans la Ligue de l’Ontario et dans leur alignement, on retrouve neuf joueurs de troisième ou quatrième année. Ils mettent un peu plus de temps à se mettre en marche cette saison, sauf qu’ils ont aussi fait face à des adversaires plus costauds que les Patriotes qui, on le rappelle, ont pu affronter les Voyageurs de Laurentienne quatre fois en 11 sorties. Les Voyageurs ne devraient pas participer au Championnat canadien dans quelques mois...

«C’est un de nos gros tests de ce début de saison, tranche Hubert. Ils ont perdu quelques joueurs clés, sauf que ça demeure un club dangereux», souligne-t-il, en prenant soin de louanger la fougue offensive du trio Martel-Tessier-Lafrance.

«Ils s’adaptent encore plus vite que je pensais. On ne doit pas oublier que seulement deux vétérans jouent de façon régulière à l’attaque pour nous cette saison: tous les autres, ce sont des recrues! S’ils continuent à s’améliorer en défensive, ils deviendront encore meilleurs.»

Le match de vendredi commence à 19 h. Sébastien Auger défendra la cage des Patriotes.