Les Cataractes ont de nouveau plié l'échine mercredi soir, cette fois par la marque de 6-2 face au Drakkar de Baie-Comeau.

Onzième revers de suite des Cataractes

SHAWINIGAN — La saison des Cataractes ne tient plus qu’à un fil. Incapables de convertir leurs chances de marquer, les hommes de Daniel Renaud ont subi un 11e revers d’affilée mercredi en courbant l’échine 6-2 devant le Drakkar de Baie-Comeau. Avec quatre matchs à l’agenda d’ici la fin de la saison, les Shawiniganais ont toujours sept points d’écart à combler pour rattraper les Foreurs de Val-d’Or, détenteurs du 16e et dernier rang donnant accès aux séries. Une défaite en temps réglementaire, ou une victoire des Foreurs, et ils seront condamnés à ranger leur équipement après le calendrier régulier.

Les locaux pourraient être en meilleure posture s’ils avaient été plus opportunistes mercredi. Ils ont dominé les 40 premières minutes de jeu, se fabriquant bien plus de chances de marquer que le Drakkar. Pourtant, c’était 2-0 pour les visiteurs après deux périodes! Vrai que Justin Blanchette a créé quelques petits bijoux entre ses poteaux. Mais ses hôtes ne sont pas sans reproche, ils ont raté quelques filets ouverts.

À l’inverse, le Drakkar a su saisir ses rares opportunités tout près de Lucas Fitzpatrick. Samuel Dickner, puis Derek Dicaire ont battu tour à tour le gardien recrue lors du second tiers.

En troisième, le Drakkar a élevé son jeu d’un cran. Les équipiers de Martin Bernard ont ainsi gonflé leur avance à 5-0 renvoyant une bonne partie des 4109 spectateurs à la maison. Jason Horvath et Alex Plamondon ont marqué pour les Cataractes alors que la cause était entendue, puis les visiteurs ont touché la cible une dernière fois.

«C’est pratiquement un copier/coller du match de dimanche face aux Remparts. On a généré beaucoup de chances, sans réussir à en profiter», soupirait Renaud, qui a vu son club être blanchi pendant 153 minutes, avant de finalement marquer au dernier tiers. «En troisième, c’est vrai qu’il y a eu une baisse de régime de notre côté. C’est compréhensible comme réaction humaine, les joueurs ont tous des émotions. On parle de jeunes hommes entre 16 et 20 ans. À un moment donné, ça devient mental…»

Le capitaine Samuel Blier était  quant à lui incapable d’expliquer les déboires offensifs de son équipe. «Ça ne s’explique pas. C’est sûr que c’est dur sur le moral. On en a eu, des chances. Même en troisième. Ça ne voulait pas rentrer», soulignait le vétéran de 20 ans, qui s’accroche encore au mince espoir de faire les séries. «Ça prend quatre victoires. Il y a des clubs qui ont déjà gagné quatre matchs de suite, hein? C’est donc possible.»

Dans l’autre vestiaire, Martin Bernard convenait que sa troupe n’avait pas été flamboyante dans la première moitié du match. «On cherchait nos jambes, et on faisait un peu de dentelle. Les intentions étaient bonnes, je le voyais, mais ça ne fonctionnait pas. On ressemblait à un vieux Chevrolet qui refuse de partir! En troisième par contre, on a trouvé notre rythme et on a vu la différence», analysait-il.

Bernard disait par ailleurs ne pas éprouver de plaisir à avoir expédié le club qui l’a congédié il  y a deux ans au bord du précipice. «Il faut savoir tourner la page. C’est ce qu’on enseigne à nos joueurs! Et puis, en vérité, je trouve que Daniel (Renaud) et ses adjoints font du bon travail. Les joueurs des Cataractes étaient bien préparés pour ce match. Ce n’est pas évident ce qu’ils vivent, je suis déjà passé par là.»

Les Cataractes vont maintenant se préparer à affronter les Tigres à Victoriaville vendredi. «Là c’est vrai, ce sera do or die. Ça fait un bout qu’on parle de l’importance de jouer avec le sentiment d’urgence, là ce sera l’apogée de cette façon de jouer. Dès demain (jeudi), il faut s’y préparer», concluait Daniel Renaud. 

Carnet de notes

Trois joueurs des Cataractes ont été honorés avant le match, soit Mathieu Samson (persévérance scolaire), Leon Denny (quatrième étoile de février) et Jan Drozg (Coupe Shaw direct de février)… Les Cataractes vont dévoiler leurs uniformes du 50e anniversaire de l’organisation à travers les médias sociaux vendredi.