Les Estacades vont puiser au fond de leurs ressources pour provoquer un cinquième match.

«On va continuer d’y croire»

TROIS-RIVIÈRES — Le ton a monté, mardi à la séance d’entraînement des Estacades. Ce n’est pas son genre, mais l’entraîneur Frédéric Lavoie a cru bon secouer ses troupes. Un rappel à l’ordre nécessaire, alors que ses adolescents tenteront d’éviter le balayage, mercredi au Complexe sportif Alphonse-Desjardins, où se disputera le quatrième match de la finale du midget AAA contre Magog.

«J’ai senti les gars nerveux, il fallait réagir. Je ne sacre pas souvent, mais la concentration et l’exécution n’étaient pas à point. Il faut savoir mieux gérer notre stress, surtout dans une situation de 0-3», expliquait le pilote, à sa sortie de la patinoire au terme d’une pratique d’environ une heure.

«On sait que nous avons une montagne à franchir. On va l’escalader une marche à la fois.»

Les Estacades ne sont pas dupes, ils savent que de renverser un adversaire qui n’a besoin que d’une victoire en cinq matchs tient presque du miracle. C’est arrivé seulement quatre fois dans l’histoire de la LNH, après tout. C’est pourquoi Lavoie essaie de forger la confiance de ses protégés en leur rappelant que leur performance générale face aux Cantonniers, jusqu’ici, s’améliore de match en match.

«Nous avons été meilleurs vendredi que lors de la première partie et dimanche, à domicile, nous étions encore meilleurs que deux jours plus tôt. Jouer avec urgence, on connaît ça. Je m’attends donc à ce qu’on dispute notre meilleure rencontre mercredi.»

Il y a aussi cette volonté de remercier un public qui fut très généreux avec son équipe de hockey. Un match qui attire plus de 900 personnes, le jour de Pâques, ça remue certaines émotions pour des adolescents de 15 et 16 ans.

«Tout le monde nous en parle à l’école. On a une responsabilité de se présenter et, surtout, d’apprécier ces moments privilégiés. Ce serait plate de perdre la finale par balayage, comme celle de l’an dernier, sauf que je ne pense pas non plus que ça porterait ombrage à la belle saison qu’on a connue. De toute façon, on pense seulement à la partie de mercredi en ce moment.»

Et à une façon de contenir l’attaque des Cantonniers. C’est moins évident avec trois défenseurs réguliers en moins. Anthony Ferron a quitté l’équipe durant l’hiver, alors que Jérémy Michaud et Zachary Massicotte sont tombés au combat dans les derniers jours. «Je crois que nous avons joué avec nos 20 réguliers deux matchs cette saison, relate Lavoie. Nous avons dû négocier avec de grosses blessures, dont des fractures au fémur et au coude. On a très bien réagi dans les circonstances.»

C’est un trio de Cantonniers qui domine le classement des pointeurs ce printemps: Patrick Guay (27), Simon Pinard (27) et Jérémy Rainville (20) terrorisent les gardiens adverses et ils s’en tirent plutôt bien jusqu’à maintenant contre Trois-Rivières. Avec ses 18 points en 13 sorties, Mavrik Bourque se classe au quatrième échelon du circuit. Il ne veut pas que sa saison prenne fin mercredi soir.

«On a raté beaucoup de chances dimanche, mais il ne faut pas se décourager. L’entraîneur a raison, on s’améliore à mesure que la série avance. Il ne faut pas oublier que nous avons eu un congé de plus d’une semaine après notre demi-finale.»

Ses bonnes séries et sa saison convaincante feront de Bourque un athlète à surveiller, lors du prochain repêchage de la LHJMQ à Shawinigan. «J’y pensais souvent durant la saison, mais présentement, pour être honnête, pas du tout. Je suis trop impliqué dans nos séries.»

La rondelle tombera à 19 h au CSAD.