Marco Charpentier est persuadé que les Draveurs peuvent sortir vainqueurs de leur série face aux Éperviers.

«On sait comment les battre»

TROIS-RIVIÈRES — Si un peu tout le monde dans la LNAH se bidonne du fait que les Draveurs ont échangé celui qui allait devenir le meilleur marqueur des Éperviers en retour d’un dur à cuire - Jon Mirasty - qui a joué un grand total de deux matchs cette saison, la deuxième transaction ficelée entre les deux clubs est pas mal plus partagée.

À la date limite des échanges, le populaire Marc-André Huot et le controversé Marco Cousineau ont dû faire leurs valises pour Sorel, ce qui a permis aux Trifluviens de mettre la main sur Marco Charpentier. Ce dernier a donné la frousse à ses nouveaux patrons en prenant un peu de temps pour se rapporter à sa nouvelle équipe. Mais depuis son arrivée, le vétéran offre du bon hockey à Alain Côté. Et face à ses anciens coéquipiers, samedi dernier, il a été le catalyseur de la victoire des Draveurs, qui ont donc créé l’égalité 1-1 dans cette série quatre de sept.

«C’est sûr que je veux les battre. J’espère leur prouver qu’ils ont fait une erreur en m’échangeant. Mais je n’ai pas vraiment besoin de ça pour me motiver. En séries, je veux toujours gagner! C’est juste une motivation additionnelle», sourit le dynamique attaquant, bien placé pour refiler quelques trucs à ses compagnons d’armes pour cette série entre la meilleure et la pire équipe au classement général. «Ce que j’aurais pu révéler aux gars, ils le savaient déjà. Ce sont deux clubs qui se connaissent bien. On sait comment les battre. On ne peut pas y aller coup pour coup avec leur style offensif. On se doit de suivre le plan, comme on l’a fait samedi.»

Cette victoire a fait grand bien au moral des troupes, confie Charpentier. «On savait qu’on pouvait compétitionner avec les Éperviers, cette victoire vient le prouver. C’est maintenant une série trois de cinq. On n’a rien à perdre, on ne peut pas être plus négligé que ça sur papier. Tout le monde s’attend à ce que les Éperviers nous passent dans le tordeur! En même temps, en séries, tous les compteurs sont remis à zéro. Il y a des athlètes fiers dans notre chambre, déterminés à montrer que notre équipe est meilleure que notre fiche ne l’indique. On a un bout de chemin de fait, le plus dur reste à venir par contre.»

Ce qui est certain, c’est que les Draveurs vont avoir besoin d’une meilleure contribution de leurs unités spéciales s’ils veulent réellement causer une surprise. Le jeu de puissance, en particulier, doit amener plus d’eau au moulin. «Si on savait exactement quoi faire pour connaître du succès, ce serait déjà en place! On cherche des solutions en ce moment. À mon avis, il faut surtout retourner à la base et ne pas trop compliquer nos jeux. En séries, ce sont des déviations et des retours de lancers qui mènent le plus souvent à des buts. Il faut donc accepter de se salir un peu plus le nez si on veut récolter notre part de buts.»

Le troisième match de cette série sera disputé vendredi soir à Sorel. Les deux clubs se retrouveront au Colisée de Trois-Rivières samedi après-midi pour le quatrième duel.