Depuis le début de la saison, les Patriotes semblent retrouver leurs lettres de noblesse sur l’échiquier national du hockey universitaire.
Depuis le début de la saison, les Patriotes semblent retrouver leurs lettres de noblesse sur l’échiquier national du hockey universitaire.

«On n’a pas fini de surprendre»

Louis-Simon Gauthier
Louis-Simon Gauthier
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — La dernière défaite contre Ottawa a laissé un goût amer, mais il ne faudrait pas balayer du revers de la main tout ce que les jeunes Patriotes ont accompli depuis octobre. Enfin, le programme trifluvien semble retrouver ses lettres de noblesse sur l’échiquier national du hockey universitaire.

Vrai que le calendrier a favorisé les hommes de Marc-Étienne Hubert cet automne. Ils ont joué quatre matchs contre Laurentienne, un club qui a gagné 3 matchs sur 18 jusqu’ici.

Sauf que ces 13 gains en 18 sorties, personne ne peut les enlever aux Patriotes, déjà dans une situation enviable pour profiter de l’avantage de la glace lors de la première ronde des séries éliminatoires, plus tard cet hiver.

Tout ça avec l’une des équipes les moins expérimentées du plateau, faut-il le rappeler. «Il y a des matchs que nous avons ramassés et qu’on ne méritait pas tant. L’inverse est aussi vrai», note Hubert, qui ne bluffait pas en début d’année quand il répétait qu’aucun objectif de classement n’avait été fixé pour ses troupiers.

«Ce n’était pas seulement un discours pour les médias! On arrivait avec un nouveau groupe. On s’est vite rendu compte que ce groupe, il est homogène. La chimie s’est rapidement installée. La passion, c’est difficile à quantifier dans le recrutement. On n’a pas fini de surprendre. Plusieurs de nos joueurs aspirent à évoluer chez les pros, ils veulent continuer à progresser.»

Des noms viennent rapidement en tête, dont ceux de Julien Tessier et Jordan Martel, déjà parmi l’élite de la Ligue de l’Ontario pour les points. En élargissant les cadres, on peut affirmer sans se tromper que trois trios contribuent régulièrement sur la feuille de pointage.

Dans les buts, Sébastien Auger figure toujours parmi les meilleurs à sa position. Il a d’ailleurs été invité, encore une fois, à affronter Équipe Canada junior pendant le camp d’entraînement de la sélection, dans quelques jours.

Son auxiliaire, Mathieu Bellemare, a toujours un dossier parfait (5-0), ce qui s’avère encourageant puisque les Patriotes devraient encore le solliciter dans la deuxième portion du calendrier, avec plusieurs matchs «compliqués» au menu.

Là où les choses se compliquent un peu, c’est à la ligne bleue. Pas que les employés actuels ne font pas le travail, au contraire. Par contre, on a constaté mardi le désavantage physique des Patriotes devant les Gee Gees, beaucoup plus costauds. C’est ce genre d’équipe qu’il faut battre pour espérer un retour au Championnat canadien.

Bientôt des renforts?

À cet effet, les étudiants-athlètes de l’UQTR pourraient bientôt recevoir un solide coup de main, alors que les entraîneurs négocient avec des renforts potentiels.

La longue pause d’inactivité dans le circuit universitaire permettra aussi à Hubert d’arpenter des arénas de la LHJMQ pour le recrutement. «Avec tous les joueurs de première année qu’on a, les besoins ne seront pas les mêmes. On a néanmoins des besoins, comme dans les buts avec le départ à la fin de la saison de Sébastien Auger.»

Les Gee Gees et les Stingers sont déjà très agressifs dans ce département, et plus tôt que prévu, au dire de Marc-Étienne Hubert. Les Patriotes ne veulent donc pas perdre leur temps et voir de bons espoirs leur glisser entre les doigts, comme c’est arrivé dans le passé.

Chose certaine, le programme a maintenant de meilleures assises pour vendre son produit.