Le capitaine Jonathan Bellemare aime la façon de jouer des Draveurs depuis le début de la série contre les Éperviers.

«On croit en nos chances»

TROIS-RIVIÈRES — Renversés 6-2 à leur dernière sortie, les Draveurs de Trois-Rivières sont bien loin d’être abattus. Désormais à égalité 2-2 dans leur série quatre de sept face aux Éperviers de Sorel-Tracy, les protégés d’Alain Côté vont débarquer au Colisée Cardin, jeudi soir, avec la conviction de pouvoir causer la plus grande surprise du premier tour des séries éliminatoires de la Ligue nord-américaine de hockey.

Avant le début de la Coupe Vertdure, plusieurs observateurs voyaient les Draveurs en vacances après les quatre premiers matchs. Avec 27 points séparant les deux équipes, ça sentait la promenade dans le parc. Or, Alain Côté et sa bande tiennent leur bout face aux champions du calendrier régulier.

«Sorel, c’est l’équipe à battre. Peu de gens à l’extérieur de l’équipe croient qu’on peut gagner cette série. Mais dans le vestiaire, on croit en nos chances. Ça nous a mis en confiance dès le début de réussir à égaler le premier week-end», explique le capitaine Jonathan Bellemare.

Même si deux victoires sont déjà en poche, les Draveurs ont eu droit à un rappel à l’ordre le week-end dernier dans une défaite sans appel de 6-2 devant leurs partisans. «Que ça soit une défaite de 12-1 ou 2-1 en prolongation, ça demeure une seule victoire de plus au tableau pour eux. Les buts pour et les buts contre n’ont aucune importance. Ça prend quatre victoires pour accéder au prochain tour, peu importe comment tu y parviens. On sait que ça va être très dur. On est encore bien loin du but», soulève Bellemare.

Rouleau compresseur
Face au rouleau compresseur offensif des Éperviers, les Draveurs ont évidemment dû apporter quelques ajustements, question de fermer les valves de la défensive la plus permissive du circuit Richard Martel en 2017-18. «On est un peu plus conscient de notre défensive. Sorel a la meilleure attaque de la ligue. Tout le monde donne un petit extra, avec du travail et de l’acharnement. Aussi, nos gardiens ont fait la différence dans nos deux victoires. Pour connaître du succès, il faut demeurer concentré et garder notre intensité en tout temps. Dès qu’il y a relâchement, ils nous le font payer», note le capitaine.

Le sixième match de la série sera présenté vendredi, au Colisée de Trois-Rivières, à compter de 20 h.

Faire fi des rumeurs
Pendant que les joueurs des Draveurs tentent de causer une grande surprise au premier tour des séries, les rumeurs se font de plus en plus insistantes dans les corridors du Colisée de Trois-Rivières à l’effet que la concession trifluvienne ne serait pas de retour la saison prochaine.

Questionné à cet effet, le capitaine Bellemare admet que la dernière année n’a pas été de tout repos, avec la mort du Blizzard suivie de la naissance des Draveurs et d’une saison pour le moins tumultueuse.

Cependant, il affirme ne pas se soucier de ce qui se murmure présentement. «Toute la saison a été assez spéciale à partir de l’été dernier. Il y a eu la fin du hockey à Trois-Rivières. Ensuite, on apprend que ça revient, raconte le 45 des Trifluviens. Maintenant, tout ce qu’on peut faire, c’est se présenter simplement à l’aréna pour jouer. On ne se concentre pas sur ce qui se dit autour de l’équipe. On n’y porte pas attention.»