Il y aura un important changement de culture chez les novices à partir de la saison 2019-20.

Note presque parfaite

La décision de Hockey-Québec de faire jouer les novices sur demi-glace à compter de 2019-20 fait presque l’unanimité parmi les experts de la région. Beaucoup d’avantages sont relevés avec cette façon innovatrice de développer les enfants de sept et huit ans. Tour de table.

Frédéric Lavoie

Frédéric Lavoie, Estacades midget AAA et entraîneur novice A
«C’est une très bonne nouvelle. Ce sera plus logique, plus réaliste versus ce que le hockey va demander à ces jeunes dans quelques années. Présentement, sur une pleine glace, les bons joueurs ont tellement d’espace et de temps, ils peuvent faire ce qu’ils veulent, ils n’ont pas trop besoin de continuer à s’améliorer pour dominer. En espace restreint, ils vont devoir apprendre à se démarquer, à protéger la rondelle. Bien sûr, ça va ébranler des gens, c’est un changement de culture, mais ce sera bénéfique pour tous les jeunes car ils vont toucher beaucoup plus à la rondelle. En faisant du quatre contre quatre, les entraîneurs pourront davantage utiliser les rôles comme le chasseur, le non-porteur, etc. Ils ne seront plus tentés de faire du collectif comme tel. En bout de ligne, je suis convaincu que les jeunes auront plus de plaisir, ce qui doit être l’objectif numéro un à cet âge. Plus il y aura de plaisir, plus il y aura de rétention. Et plus nous pourrons produire des joueurs de haut niveau. Ça va ensemble.»

Denis Francoeur

Denis Francoeur, Panthères CMI et ex-entraîneur LHJMQ
«C’est l’une des meilleures nouvelles des dernières années chez Hockey-Québec. Ça aurait dû être fait avant. Quand j’étais au collège Saint-Bernard, les jeunes nous demandaient toujours de jouer pleine glace. On l’a fait, en leur demandant d’être bien attentifs à ce qui se passerait quand nous allions rapetisser la surface de jeu. On l’a fait graduellement, jusqu’à placer les filets sur les deux lignes bleues, et les différences étaient frappantes. Plus de tirs, plus de passes, plus de protection de rondelle, plus de joueurs qui touchent à la rondelle, plus de bagarres un contre un. Au hockey, c’est en espace restreint que tu dois être bon! En faisant ce changement, le plaisir sera à l’avant-plan. Le problème, dans le hockey mineur en bas âge, c’est que tout le monde met l’accent sur la victoire plutôt que le développement. Cette initiative va aider à changer ça, et à prioriser le développement. Plus tu utilises l’espace restreint, dans les pratiques et dans les matchs, plus c’est gagnant à moyen terme. Je ne vois aucun désavantage à implanter ça. Faut que le hockey redevienne un sport de masse. Ça va aider beaucoup.»

Kevin Desrochers

Kevin Desrochers, Val-Magic de Val-Mauricie
«Je suis entièrement d’accord pour les catégories novice B et novice C. Ces jeunes ont besoin de toucher plus à la rondelle, de prendre confiance sur une glace. L’espace restreint, c’est parfait pour ça. Par contre, je pense que les meilleurs joueurs dans le novice A seraient mieux servis en étant regroupés, et en jouant pleine glace entre eux. Ils sont prêts pour ça. Ce sont eux qui, l’année suivante, sont ciblés pour jouer dans l’atome AA. Pourront-ils faire le saut s’ils n’ont joué que demi-glace? Et puis, en espace restreint, ils vont quand même dominer, ces jeunes-là. J’aimerais que cette mesure soit accompagnée d’une mesure pour ceux qui sont au-dessus du lot, qu’ils puissent s’épanouir dans l’environnement le plus compétitif possible. Ça peut se faire au niveau régional, ou encore au niveau provincial. Je pense que si c’était fait de cette façon, les jeunes auraient droit au meilleur des deux mondes.»

Jean-Philippe Glaude

Jean-Philippe Glaude, dépisteur des Predators de Nashville et entraîneur novice A
«C’est une excellente décision. Ça va améliorer les habiletés et, surtout, apprendre aux jeunes à prendre des décisions. Ceux qui se démarquent présentement avec leur vitesse, c’est tellement facile, ils n’ont pas besoin de faire autre chose. En espace restreint, ils n’auront pas le choix de réagir plus rapidement. Je sais que certains parents seront déçus mais dans plusieurs endroits, ça fonctionne comme ça. Je parle à mes confrères américains et suédois, ils n’en reviennent pas que nos jeunes de 7-8 ans jouent sur une pleine glace, ils trouvent que ça ne fait aucun sens. Moi, dans un monde idéal, j’aimerais que la moitié de la saison se passe sur demi-glace, et que la deuxième moitié soit sur pleine glace pour améliorer les habiletés de patinage. Peut-être qu’on en viendra à ça un jour. En attendant, je trouve que Hockey-Québec met en place quelque chose de très bénéfique. J’espère juste que ce sera accompagné par de plus petits filets. Ça ne fait aucun sens non plus que nos jeunes tirent dans le même filet que les gars de la LNH. C’est beaucoup trop facile. Si tu réduis l’espace, ça va les obliger à lever la tête, faire des feintes, viser les coins. Présentement, c’est beaucoup trop facile, marquer. »

Yannick Lachance

Yannick Lachance, Braves de l’Énergie
«Ceux qui ont lu l’étude de Hockey USA ne peuvent pas être contre cette décision. C’est bien que nous soyons sur la même page que les autres, que tout le monde adopte le même modèle universel. Les jeunes ne patineront pas moins, ils vont simplement plus travailler les axes plutôt que leur allure de train. Il va y avoir beaucoup plus de changements de direction, plus d’action. La rondelle va être manipulée par beaucoup plus de joueurs. Sur une pleine glace, s’il y en a un qui est un peu plus mature physiquement, c’est souvent lui qui mène la rondelle d’un bout à l’autre. Ça va aider aussi à former des gardiens. Présentement, les jeunes qui vont dans le filet se font percer dans les grands buts, on en perd beaucoup. Maintenant, j’ai hâte de voir comment, concrètement, ce sera mis en place. J’espère qu’il y aura un budget qui viendra avec, afin que tout le monde soit uniforme, côté équipement. Il ne faut pas qu’à un endroit, ça se passe sur la longueur, et à un autre endroit sur la largeur et à un autre endroit, qu’il y ait un système de bande. Tant qu’à prendre un virage, il faut tous le prendre, de la même façon.