Louis-Philippe Dumoulin devra combler un écart de 22 points lors des trois dernières épreuves s’il souhaite conserver son titre de champion de la série NASCAR Pinty’s.

NASCAR: pas question de lâcher prise

Trois-Rivières — Même s’il est toujours coincé au troisième rang du classement des pilotes en NASCAR Pinty’s, à 22 points derrière les meneurs Andrew Ranger et Kevin Lacroix, le Trifluvien Louis-Philippe Dumoulin n’a pas l’intention d’abandonner la course au gros trophée alors que la série se transportera à l’Autodrome Saint-Eustache pour une dernière fois, samedi.

Avec trois courses à disputer d’ici la fin du calendrier, le pilote de la voiture 47 WeatherTech/Bellemare croit toujours en ses chances de doubler les comeneurs. Dumoulin tente d’ailleurs de devenir le premier pilote de la série à être sacré champion deux années de suite. «Ce n’est pas facile de gagner un championnat, encore moins de le faire deux ans d’affilée. On se considère encore dans le coup. Le système de pointage complique la possibilité de creuser l’écart. On sait que ça va être dur.»

De son côté, Marc-Antoine Camirand espère poursuivre sur son élan de la dernière course. Au cœur d’une saison passablement difficile, le pilote de la voiture 22 GM Paillé a obtenu une deuxième place remplie de soulagement à Bowmanville, en Ontario.

«On espère que la voiture de circuit ovale va mieux répondre. Notre podium a beaucoup remonté le moral de l’équipe. On veut terminer en force pour bien préparer 2020», mentionne celui qui saluera le retour de Randy Steckly comme chef d’équipe pour compléter l’année. «C’est un gros changement, très positif», assure Camirand.

Marc-Antoine Camirand a savouré sa seule victoire en carrière en NASCAR Pinty’s, l’an dernier à Saint-Eustache.

Page d’histoire

C’est par ailleurs une petite page d’histoire de la série NASCAR Pinty’s qui s’écrira, ce week-end, alors que les pilotes effectueront un dernier tour de piste à Saint-Eustache où on mettra la clé sous la porte après 55 ans d’activités à l’Autodrome. En avril dernier, la Ville de Saint-Eustache a en effet fait l’acquisition de l’endroit afin de le transformer en parc industriel. L’Autodrome avait ouvert ses portes en 1965.

C’est donc avec un pincement au cœur que les pilotes québécois se présenteront sur la piste samedi pour les essais libres, les qualifications et la course. Pour Camirand, ce circuit a notamment été le théâtre de sa première et seule victoire en NASCAR Pinty’s, l’an dernier.

«Ce sont de très bons souvenirs», admet le Léonardais qui se rappelle avoir commencé à rouler à Saint-Eustache en karting dans les années 90. «Je suis allé tellement de fois. J’ai gagné en karting, en Formule 1600, en série de voitures de production. C’est dommage de voir un autre circuit qui ferme. Je vais essayer d’en profiter au maximum une dernière fois.»

Même s’il n’y a jamais gagné dans la série canadienne de NASCAR, Dumoulin raconte avoir vécu de très beaux moments sur ce parcours. Il y a notamment remporté l’épreuve ainsi que le championnat de Formule Ford en 2002. «C’est un endroit qui représente beaucoup pour moi J’ai eu de bons résultats là-bas. C’est une belle organisation», indique celui qui espère voir naître un partenariat entre les responsables de Saint-Eustache et ceux de la piste ICAR, à Mirabel. «Ça serait le fun de conserver trois épreuves au Québec pendant la saison.»