Une erreur sur la pression des pneus en qualifications avait forcé Louis-Philippe Dumoulin à partir de la dernière position sur la grille, mais le pilote de Trois-Rivières a su revenir avec brio pour confirmer son titre en série NASCAR Canada, un deuxième en carrière après celui de 2014.

NASCAR: Dumoulin gagne son pari!

TROIS-RIVIÈRES — Louis-Philippe Dumoulin a savouré son deuxième championnat des pilotes en Nascar Pinty’s. Arrivé avec quatre petits points d’avance sur Alex Tagliani au Pinty’s Fall Brawl, samedi soir au Jukasa Motor Speedway en banlieue de Hamilton, le Trifluvien a terminé devant son rival Alex Tagliani pour clore l’une des courses au titre les plus enlevantes de l’histoire de la série.

Dumoulin a pris le 10e rang de l’épreuve. Tagliani a pour sa part dû se contenter de la 13e place, terminant un tour derrière le gagnant D.J. Kennington.

«La nuit a été courte. On a célébré en équipe, parce que c’est une véritable victoire d’équipe», soulignait Dumoulin dimanche. «Les gens n’ont pas idée à quel point c’est de l’ouvrage, opérer sa propre écurie. Il y a tellement de choses à faire! Après trois ans, on ressent tous une immense fierté du travail abattu, et des résultats qui viennent avec», enchaînait le protégé de WeatherTech.

Ce ne fut quand même pas une promenade dans le parc pour Dumoulin. Une erreur sur la pression dans les pneus pour les qualifications l’a forcé à partir en dernière position sur la grille!

Faisant preuve de sang froid, il a su remonter et passer Tagliani au 30e tour. À partir de là, il s’est assuré de garder Tagliani dans le rétroviseur.

«Il y a eu une erreur pour la pression de pneus qui nous pénalisait pour les qualifications, et qui nous a en plus fait échouer l’inspection technique. On gagne et on perd en équipe et justement, je savais que la voiture était rapide, alors j’ai gardé mon calme», racontait-il.

«Je me suis aperçu rapidement aussi que Tag avait des ennuis. Après l’avoir passé, j’avais la voiture pour aller me battre en avant, mais nous avons décidé de rester sages. Une bonne décision, car ça s’est battu pas à peu près devant moi. J’avais un excellent siège pour assister au spectacle.»

Louis-Philippe Dumoulin a donc amassé un total de 488 points, quatre de plus que Tagliani. Ce sacre survient quatre ans après le premier.

Cole Powell complète le podium de la saison 2019. Marc-Antoine Camirand, qui a été dans la course pendant une partie de l’été, a finalement terminé en cinquième place au championnat après une septième position samedi soir. Jean-François Dumoulin complète la délégation de la région avec le 11e rang du classement général.

«Ce championnat a une saveur différente du premier. Le premier, tu veux tellement gagner, pour tes commanditaires, pour tes proches, pour ton équipe. Ce sentiment était toutefois encore plus puissant cette fois en raison de tous les efforts investis au sein de l’écurie. C’est dur à expliquer… C’est comme deux enfants. Tu les aimes autant même s’ils sont différents!», lance Dumoulin, dont la conjointe attend la venue de la cigogne dans quelques semaines.

«Je me sens à la bonne place, au bon moment, avec les bonnes personnes. C’est puissant comme feeling! Le partenariat avec WeatherTech ayant été renouvelé pour trois autres années, je ne changerais de place avec personne. Des championnats, on va aller en chercher d’autres!»

«Le haut de gamme de l’industrie»

Parole de Tagliani, il le trouvera sur son chemin! Tag se dit extrêmement confiant en vue de 2019. «Terminer aussi près de la tête avec toutes nos malchances et nos problèmes, c’est porteur d’espoir. Il nous suffit de corriger nos erreurs et nous gagnerons le championnat haut la main. J’aime bien où se dirige la série, c’est le haut de gamme de l’industrie au Canada. Et la bonne nouvelle, c’est que notre voiture est très compétitive. À nous de profiter de l’hiver pour bien nous préparer à saisir les occasions qui se présentent à nous.»

Samedi, il n’a jamais été dans le coup. Des problèmes mécaniques le privaient de puissance dans les premiers tours, et il n’a jamais pu rattraper le temps perdu. «On a fait plein de changements pendant la course, mais quand les meneurs te prennent un tour, c’est dur de revenir. C’est plate, c’est une opportunité ratée. Comme il y en a eu pas mal cette saison. Au New Hampshire, par exemple. Le championnat ne s’est pas joué samedi. On a eu d’autres opportunités pendant l’année de mettre des points en banque et on les a laissées filer. Dans les circonstances, une deuxième place pour notre équipe, c’est un bon résultat.»